Pour le Recteur, les conditions sont réunies pour une ouverture des établissements scolaires ce lundi 9 mars

Dans un communiqué daté du 3 mars, le rectorat de Martinique a annoncé que « les conditions sont désormais réunies pour l’ouverture des établissements scolaires lundi 9 mars 2020 ». Mais pas sûr que les syndicats l’entendent de cette oreille puisque hier soir à l’occasion d’une marche aux flambeaux, l’intersyndicale a demandé aux personnels de l’éducation de rester mobiliser devant les établissements à partir du jeudi 5 mars.

L’Académie Martinique explique dans son communiqué que « le ministre de l’Éducation nationale et de la Jeunesse a rendu un arbitrage favorable aux demandes formulées par l’intersyndicale : réduction de la suppression de 76 postes de près de moitié, organisation d’Assises martiniquaises de l’éducation dont la première réunion générale interviendra d’ici les vacances de Pâques, organisation de la session des enseignements de spécialité de première sur une période définie …

Pour le recteur, Pascal Jan, qui dit se porter garant de ces décisions, ces avancées très significatives, doivent permettre aux élèves de reprendre leur scolarité dans un climat serein la semaine prochaine, lundi 9 mars 2020.

Mais entre lui et l’intersyndicale éducation « la confiance est définitivement rompue« . Les cours reprendront-ils ce lundi 9 mars ?

Ci-dessous l’intégralité du communiqué de l’Académie Martinique :

Le ministre de l’Éducation nationale et de la Jeunesse a rendu un arbitrage favorable aux demandes formulées par l’intersyndicale afin de permettre une reprise sereine des enseignements dès le lundi 9 mars 2020. C’est le fruit d’un travail récemment mené par des inspecteurs généraux de l’Éducation nationale et d’un dialogue entre le recteur et le ministère.

La décision du ministre aboutit à réduire la suppression de 76 postes de près de moitié, ce qui permet pour l’académie le maintien de 36 postes initialement supprimés : 10 dans le premier degré et 26 dans le second degré.

Cette décision du ministre, qui témoigne de sa compréhension des enjeux auxquels l’académie est confrontée, a pour objet de fournir à l’académie les moyens de poursuivre sa politique de lutte contre le décrochage scolaire, de renforcer son investissement dans l’éducation prioritaire et la maîtrise des fondamentaux par les élèves.

Cette mesure très positive pour l’académie s’inscrit dans une démarche de gestion pluriannuelle des emplois qui reposera désormais sur plusieurs critères, au-delà du seul indicateur démographique. Il sera tenu compte des spécificités territoriales et sociales du territoire, conformément à une orientation présentée par l’académie en 2018.

A ces avancées très significatives, le recteur a souhaité placer la nouvelle approche ministérielle dans une dynamique partagée par l’ensemble de la communauté éducative et les élus du territoire. À ce titre, le ministre a entériné le principe de l’organisation d’Assises martiniquaises de l’éducation.

La première réunion générale interviendra d’ici les vacances de Pâques et sera suivie d’un cycle de réunions thématiques qui dresseront un constat objectif et partagé de la situation du système éducatif en Martinique, fixeront des objectifs et proposeront des actions en lien avec les priorités des projets académiques qui répondent à deux priorités d’intérêt général : l’employabilité des jeunes martiniquais et martiniquaises, et la participation active de l’académie au développement du territoire de Martinique. Les conclusions de ces travaux seront consignées dans un livre blanc rendu public à la fin de l’année scolaire. Elles constitueront l’ossature du prochain projet académique pour les mesures s’y rapportant et dont l’écriture commence à la rentrée 2020.

Enfin, le recteur accède à une demande syndicale d’organiser la session des enseignements de spécialité de première sur une période définie. Pour rappel, le recteur avait obtenu une extension exceptionnelle de l’organisation des épreuves des E3C compte tenu des blocages des établissements scolaires pendant plusieurs semaines.

Le recteur se porte garant de ces décisions qui marquent une réelle prise en considération des besoins académiques et des spécificités territoriales et sociales de la Martinique.

Les conditions sont désormais réunies pour l’ouverture des établissements scolaires lundi 9 mars 2020. Elle doit permettre aux élèves de reprendre leur scolarité dans un climat serein. L’académie étudie toutes les possibilités et options pour offrir aux élèves les moyens de combler les retards accumulés du fait du mouvement social.