Pourquoi le PPM est-il si malmené ?

Vues : 27

Par Jeannie Darsières, Militante du Parti Progressiste Martiniquais

Sous la rubrique respectable « Centenaire de la Naissance d’ Aimé Césaire » , Adams Kwateh, journaliste à France-Antilles, le vendredi 22 mars 2013, frappe en plein cœur le parti de Césaire, la formation qu’il a créée et qu’il a défendue avec ferveur et passion toute sa vie. Drôle d’hommage en vérité, et, si nous n’avions pas en estime ce journaliste, nous aurions pensé qu’il se met aux côtés de ceux qui, jour après jour, malhonnêtement et avec acharnement, font tout pour dévaloriser et calomnier le Parti Progressiste Martiniquais.

Mais nous ne sommes pas atteints du syndrome de la persécution, et nous préférons penser que, de la part d’Adams Kwateth, il s’agit d’un faux pas, dû sans doute ou à l’ignorance de l’histoire du Parti, ou à une absence d’analyse politique, ou à une légèreté étonnante vis-à-vis de la simple documentation des écrits et des Congrès du PPM, de 1958 à 2012.

Mais nous ne manquons pas, tout de même, de regretter que « France-Antilles » , qui a fait d’énormes progrès, quant à l’objectivité et l’Information non partisane, puisse divulguer de telles contrevérités. Et, ce, d’autant plus qu’un journal ne fonctionne pas avec UN journaliste qui écrit ce qu’il veut au moment où il le veut ; les autres journalistes, rédacteur en chef le premier, tels Rudy Rabathaly, Gabriel Gallion ou Ghislaine Burac, par exemple, font partie d’un comité de rédaction, parce qu’ils sont tous des intellectuels expérimentés et des professionnels chevronnés, parfaitement en phase avec la réalité politique culturelle, politique, sociale de la Martinique.

Et ils ont laissé paraître en pleine page 10 du quotidien, ce vendredi 22 mars, avec un titre en gras, « Création du PPM à la recherche désespérée de l’Autonomie » , suivi d’un article important, affirmant, « Césaire et ses partisans avaient adopté l’Autonomie comme mot d’ordre. Cette revendication initiale sera abandonnée 25 ANS plus tard » , et, ceci en gras, pour bien marquer l’importance de l’analyse, et la mise en relief de ce soi-disant recul du PPM, quant à son mot d’ordre et sa stratégie politique.

Je sais bien qu’il est de bon ton qu’on ne pratique pas la censure ni les contraintes anti- démocratiques, au sein de la gente journalistique ; chacun peut s’exprimer, mais à condition que la mauvaise foi ni la déformation de la Vérité, ne rejaillissent pas, non pas sur le seul journaliste, mais sur l’ensemble du journal.

DÉFINITION DU MOT « MORATOIRE »

Non, le PPM n’a jamais abandonné le mot d’ordre d’autonomie, Non le PPM n’est pas à la recherche désespérée de l’Autonomie, Et tous les congrès du Parti, année après année, réaffirment avec force ce mot d’ordre, sans déviance, ni hésitation, et tous ces Leaders, Césaire, Aliker, Darsières, Letchimy, Laguerre et les autres argumentent en ce sens, en 1981 et après, jusqu’en 2013. Et, le « Moratoire » , qui sert de prétexte à ces contre-vérités, mériterait que le journaliste prenne le temps de chercher dans le dictionnaire le sens de ce mot : « Décision qui suspend de façon provisoire ses effets » .

Et la réalité suivante est celle-ci : 1 mois seulement, oui 1 mois, après son discours dit du moratoire, le 25 juin 1981, Césaire, à l’Assemblée Nationale, au Comité National, et dans les Balisiers, dès le 27 juillet 1981, affirme et réaffirme le choix de la revendication d’Autonomie. Puis en 1982, naît « Le Pacte Global D’unité » , avec toutes les forces de Gauche, réclamant un Assemblée Unique, pour faire avancer l’Autonomie….

Alors, Mr Adams Kwateh, il serait plus que temps de remettre vos pendules à l’heure, sans apporter de l’eau au moulin des anti-PPM, forcenés, bavant l’injure et le mensonge à tout bout de champ…Et, je vous rappelle que vous-même, le samedi 25 juin 2011, il y a plus d’un an, vous avez fait sortir une interview de Renaud De Grand Maison, qui explique, au sujet du « Moratoire » et « du mauvais procès que l’on fait à Césaire et au PPM » : « Le Moratoire n’est pas un abandon de l’Autonomie…. Comment peut-on dire que Césaire aurait renié la cause qu’il a toujours défendue… » …