Pourquoi les mairies refusent d’utiliser cette machine qui ramasse les sargasses sur les plages ?

Rédigé par : Melody Thomas, le
Publié dans : Actualites, Guadeloupe, Martinique
Mots clés :

Les algues sargasses sont de retour sur les plages de Martinique, notamment au Robert où l’air est irrespirable selon les habitants de la commune. Le ramassage des algues reste toujours problématique et certains tentent d’apporter une solution.

Une société créée par Pierre Foulon s’est battue afin d’apporter une solution à la problématique … en vain ! Il a tout raconté sur Facebook :

Je me présente: Pierre Foulon, créateur de la société AXINOR. Je réalise depuis 10 ans des machines spéciales pour la collecte des algues envahissantes. Plusieurs brevets déposés, plusieurs prototypes réalisés et fonctionnels, une grande expérience acquise sur le terrain.

Je souhaite vous faire partager mon écœurement: j’ai investi 18 mois de travail pour réaliser et mettre au point un véhicule qui ramasse les sargasses sur les plages et dépensé personnellement plus de 150000€.

Après avoir effectué des essais et démonstrations au Vauclin et au Diamant, je n’ai pu obtenir aucun marché pour faire fonctionner cette machine et nettoyer vos plages… la louer est impossible, il m’a été reproché d’être métropolitain (pas suffisamment disponible sur place).
Je trouve donc en juillet 2018 un partenaire domicilié au Vauclin qui pouvait conduire la machine et faire la prestation de service pour les mairies… qui n’ont jamais répondu à ses propositions.

En 2019 je propose à la préfecture et l’ADEME de vendre la machine à prix coûtant pour les communes.

La préfecture de Martinique a proposé de financer totalement l’achat de cette machine, les communes n’avaient donc rien à payer.

L’insistance de la préfecture, de la sous-préfecture du marin, de l’ADEME, n’a eu aucun effet auprès des mairies qui ne veulent pas voir cette machine sur les plages.

Je rappelle que cette machine a la capacité de collecter jusque 100 tonnes par heure, mais surtout emporte moins de 1% de sable (je vous laisse comparer avec le travail des pelleteuses…)

Conclusions:
-la machine qui a pourtant fait ses preuves est vouée à la destruction en septembre prochain.
-perte personnelle de 150000€ et ma petite société en grande difficultés.
-ce projet a été partiellement financé par l’ADEME ce sont donc encore des subventions publiques et nos impôts gaspillés.
-la politique locale n’a clairement pas pour objectif de résoudre ni d’améliorer vos problème causés par les sargasses.

Pour finir, j’ai proposé aussi d’autres solutions techniques pour collecter les sargasses, par exemple un équipement de collecte en mer par tapis filtrants réalisé sur la barge d’un client en République Dominicaine (collecte jusqu’à 140m3/ par heure).

Aucune des solutions proposées en Martinique ou en Guadeloupe n’ont intéressé les autorités.

C’est à n’y rien comprendre, je baisse les bras je suis démotivé….