Première victoire face au Parquet pour le militant martiniquais Keziah : Levée de son contrôle judiciaire

Rédigé par : Polly Miette, le
Publié dans : Actualites, Martinique
Mots clés : ,

Le Tribunal correctionnel de Fort de France a ordonné, jeudi, la levée du contrôle judiciaire imposé au jeune militant martiniquais Keziah Nuissier, accusé par le Procureur de la République d’avoir violemment frappé un gendarme à terre, en marge des émeutes à Fort de France en juillet dernier, ce qu’il dément.

Cette mesure restrictive de libertés imposait au jeune militant anti-chlordécone d’aller pointer une fois par semaine à la gendarmerie de Schoelcher. Or, ses avocats affirment que son état de santé ne lui permet pas de remplir cette obligation.

Le jeune homme, qui marche avec grande difficulté, souffre notamment d’un traumatisme crânien, d’un hématome à l’omoplate droite et à l’avant-bras droit.

« Ce qui était en jeu dans cette demande de reformation sinon d’annulation de ses obligations de contrôle judiciaire, c’était précisément de savoir est ce que l’état de santé de Keziah autorisait à ce qu’il soit soumit à l’obligation d’aller pointer chaque semaine à la gendarmerie de Schoelcher ? C’était la question ! Le Procureur a soutenu oui, mais nous avons soutenu non », a expliqué sur RCI Maître Dominique Monotuka, l’un des trois conseils du jeune Keziah.

« En l’occurrence fort de toutes les preuves évidentes principalement médicales et bien le tribunal n’a eu qu’à constater qu’il était vain, finalement, d’aller à l’encontre de cette évidence », a poursuivi l’avocat.

Selon lui, il y avait « d’entrée dans ce tribunal » « une volonté ambiante de discrimination que nous avons subie».

« En dépit de cette volonté de discrimination, cette volonté en fait de nier la nécessité de protéger Kéziah, de protéger sa santé, de reconnaître en fait son état. Cette volonté du parquet n’a pas aboutit », s’est félicité maître Monotuka.

Le tribunal correctionnel de Fort de France a interdit, jeudi, au jeune étudiant de s’approcher du commissariat de police de la ville ou de porter une arme.
Kéziah, 23 ans, a été hospitalisé début juillet à la suite d’une interpellation musclée par des gendarmes, au cours de laquelle il a été violemment frappé devant le Commissariat de Police de Fort de France.

La vidéo de son interpellation, qui a tourné en boucle sur les réseaux sociaux, avait suscité l’émoi au sein de la population martiniquaise y compris de la classe politique.
Le Procureur de la République avait justifié l’interpellation de Kéziah par le fait qu’il avait porté de violents coups à un gendarme à terre, ce qu’il dément.

Il lui est reproché des coups et blessures sur personnes dépositaires de l’autorité publique.
Kéziah doit comparaitre devant le Tribunal correctionnel de Fort de France le 27 août prochain, selon la procédure dite de comparution immédiate.