Près de 300kg de cocaïne, destinés à alimenter les réseaux criminels de Guadeloupe et de Martinique, ont été interceptés

Près de 300kg de cocaïne, destinés à alimenter les réseaux criminels de Guadeloupe et de Martinique, ont été interceptés dans la nuit du 15 au 16 novembre 2019, lors d’une mission au large de l’arc antillais.

En mission au large de l’arc antillais, la frégate de surveillance Ventôse de la Marine nationale a détecté puis arraisonné deux embarcations se livrant au trafic de stupéfiants les 15 et 17 novembre 2019. Au total, près de 300kg de cocaïne et de cannabis ont été interceptés grâce à un dispositif aéromaritime d’ampleur.

Ces produits stupéfiants étaient destinés à alimenter les réseaux criminels de Guadeloupe et de Martinique. Les 13 personnes appréhendées ont été remises aux autorités judiciaires. Alors que l’enquête confiée à l’office central pour la répression du trafic illicite des stupéfiants (OCRTIS) se poursuit, 9 trafiquants ont déjà été condamnés à des peines de prison fermes.

L’opération menée par la frégate Ventôse contribue à la protection de notre territoire et s’inscrit dans la lutte conduite par la France contre le crime organisé. Aux Antilles, les opérations sont menées en étroite collaboration avec les différentes administrations intervenant en mer, sous la direction du préfet de la Martinique, délégué du Gouvernement pour l’action de l’Etat en mer.
Dans le cadre de l’action de l’État en mer, les moyens des Forces armées aux Antilles agissent sous l’autorité de monsieur Franck Robine, préfet de la Martinique, délégué du gouvernement pour l’action de l’État en mer aux Antilles (DDG AEM), et sont coordonnés par le contre-amiral Jean Hausermann, commandant la zone maritime Antilles et assistant du DDG AEM.

Ces moyens, opèrent régulièrement – de manière coordonnée avec les autres administrations françaises ainsi que celles de nos partenaires étrangers de la Caraïbe et de l’Union européenne – pour réprimer le trafic de stupéfiants inter-îles et en haute mer.