Prison : sanglante agression entre détenus et menace de blocage

Vues : 1851

Hier (20 juillet) le syndicat FO  du centre pénitentiaire de Ducos a dénoncé des « actes de torture et de barbarie » qui se sont déroulés le même jour. Des violences entre détenus qui rendent la situation quasi intenable. Le syndicat menace de bloquer la prison prochainement.

Les faits se sont déroulés ce mercredi (20 juillet) aux alentours de 11 heures. Un détenu a été piégé par deux autres, un plan bien huilé, semble-t-il. Le syndicat parle d’un véritable guet-apens. Ils l’ont fait entrer de force dans leur cellule. C’est à ce moment qu’il a reçu plusieurs coups de poings et des coups de pics artisanaux sur le corps. Durant l’agression l’oeil droit de la victime a été percé. Nous ne savons pas pour l’instant s’il en a perdu l’usage. Mais les violences ne s’arrêtent pas là. Une corde a été passée au coup du détenu pour l’étrangler et le tuer.

L’homme s’en sort vivant, mais blessé. Il doit son salut aux autres détenus qui sont intervenus pour le sauver. Le personnel pénitentiaire est aussi intervenu pour arrêter ce déchaînement de violence qui aurait pu se solder par la mort du détenu. D’une simple agression, nous aurions alors parlé de meurtre. Pour l’instant les raisons de cette agression d’une rare violence sont encore inconnues. Le détenu victime a été pris en charge pour soigner ses nombreuses blessures.

« Fo appelle solennellement toutes les autorités politiques et administratives à prendre au sérieux cette escalade de la violence dans notre établissement pénitentiaire ! Si la direction ne nous entend pas, Force Ouvrière appellera les autres syndicats au blocage de la prison à compter du 8 août 2016 », menace le syndicat, qui voit en cette grève un moyen de se faire entendre.

Pour le syndicat il s’agit purement et simplement d’une escalade de la violence. C’est la seconde agression au sein de l’établissement. Souvenez-vous, le 16 juillet dernier, un détenu avait agressé un surveillant pénitentiaire. Depuis le début de l’année, plusieurs dizaines d’agressions physiques, verbales sont dirigées vers le personnel et transformées quelquefois en véritables tentatives d’assassinat avec des armes blanches.

A.G