Prix des billets d’avion : les fédérations socialistes de Martinique et Guadeloupe montent aussi au créneau.

Mis en ligne par admin, le
Publié dans : Actualites, France, Guadeloupe, Guyane
Mots clés :

Après le président Serge Letchimy, entre autres, c’est autour des fédérations socialistes de Martinique et de Guadeloupe d’interpeller les élus et l’état sur une situation qui est sur le point de devenir « insoutenable ».

« Une mascarade » , selon Beatrice Bellay

Le sujet suscite beaucoup de réactions en cette fin d’année aux Antilles : les prix des billets d’avions connaît une augmentation impressionnante. Au départ des territoires d’Outre-Mer vers l’Hexagone, la DGAC (Direction générale de l’aviation civile) constate des prix 25 à 30% supérieurs à ceux de l’année dernière. De quoi provoquer l’incompréhension et la colère de la population.

C’est à travers un communiqué que les secrétaires généraux demandent « une égalité réelle » concernant les tarifs des vols aériens. Béatrice Bellay, première secrétaire de la Fédération Socialiste de Martinique et son homologue Olivier Nicolas en Guadeloupe, militent pour la mise en place de la dotation de continuité territoriale, en prenant une nouvelle fois la Corse pour exemple. Cette dernière bénéficie de 187 millions d’euros de dotation de continuité. Beatrice Bellay rappelle que la Martinique bénéficie de moins de 3 millions de dotation, une situation qu’elle n’hésite pas à qualifier de « mascarade ».

Les collectivités également pointées du doigt

La collectivité Territoriale de Martinique et la région Guadeloupe sont entrées dans le capital de la compagnie Corsair depuis l’opération de reprise en fin 2020. Les prix des billets étant sensiblement similaires d’une compagnie à l’autre, Béatrice Bellay dénonce une promesse de concurrence non tenue suite au maintien de l’entreprise. La secrétaire appelle les deux entités à « avoir une attitude volontariste » et leur demande d’exercer plus de poids afin de contenir cette inflation sur les prix. Il s’agit selon elle d’une responsabilité « économique » et « morale ».

Nous verrons quelles seront les réactions du gouvernement et des élus suite à ces dernières prises de position.

Rédigé par Denis Michel