Producteur martiniquais : Une nouvelle vidéo révèle d’autres violences policières à l’extérieur

Une nouvelle vidéo a été publiée, ce vendredi 27 novembre 2020, par le site Loopsider montrant, sous un autre angle, le passage à tabac samedi du producteur de musique martiniquais, Michel Zecler, roué de coups par des policiers, mais cette fois-ci à l’extérieur de son studio de musique du XVIIe arrondissement de Paris.

La nouvelle vidéo est filmée par un voisin et la scène se déroule à l’extérieur.
On y découvre de nouveaux éléments sur les faits qui se sont déroulés, après la sortie du producteur de son studio où il avait déjà subi un premier passage à tabac et des insultes racistes dans le sas d’entrée.

« Nous diffusons une nouvelle vidéo prise par un voisin de Michel. Elle montre un policier rouer de coups la victime devant tous ses collègues alors qu’elle est immobilisée au sol », écrit dans un tweet qui accompagne la nouvelle vidéo, David Perrotin, journaliste à Loopsidernews.
« Sur quelle planète avons-nous atterri pour que ni le ministre de l’Intérieur, ni le Préfet de police n’aient remis leur démission ou à minima présentés des excuses publiques,» s’est indigné vendredi dans un tweet, Gabriel Serville, député de Guyane qui a publié la nouvelle vidéo sur son compte twitter.

Évoquant jeudi soir des « images inqualifiables » sur le plateau de France 2, Gérald Darmanin a rappelé avoir « demandé que ces policiers soient suspendus », voire révoqués « si ces faits sont confirmés par la justice ». « Lorsque des gens déconnent, ils ne doivent plus jamais porter cet uniforme », a assuré le ministre de l’Intérieur.

Pas question pour autant, de chercher « un bouc-émissaire » ou « un fusible » en demandant le départ du préfet de police Didier Lallement, auquel le ministre a réafirmé, jeudi soir, sa confiance, après les violences policières de la Place de la République.

Les quatre policiers, impliqués dans le tabassage du producteur de musique, doivent être entendus vendredi après-midi par l’IGPN, la police des polices, sous le régime de la garde à vue, selon une source proche du dossier.
Mise sous pression, l’IGPN) a été invitée à accélérer son enquête.

Les quatre policiers ont été suspendus de leurs fonctions et le ministre de l’Intérieur, Gérald Darmanin, a promis jeudi soir qu’il demanderait leur « révocation » « dès que les faits seront établis par la justice » pour le tabassage du producteur de musique

« Il faut que la justice agisse vite. C’est l’intérêt général », a estimé pour sa part sur CNews, David le Bars, secrétaire général du syndicat des commissaires de police.