Producteur martiniquais violenté : Macron dénonce «ces images qui nous font honte », veut une police «exemplaire»

Emmanuel Macron a dénoncé vendredi soir des » images inacceptables (…) qui nous font honte », réagissant au passage à tabac du producteur martiniquais, Michel Zécler, samedi dernier, par des policiers et dont des vidéos de l’agression ont largement circulé sur la Toile. Elles ont été vues plus de 14 millions de fois.

« Ces images que nous avons tous vues de l’agression de Michel Zecler sont inacceptables. Elles nous font honte. La France ne doit jamais se résoudre à la violence ou la brutalité, d’où qu’elles viennent. La France ne doit jamais laisser prospérer la haine ou le racisme », a fustigé le chef de l’Etat dans un long message qu’il a posté vendredi soir sur sa page FB et son compte twitter.
« Je crois en la République exemplaire : une police exemplaire avec les Français, des Français exemplaires avec les forces de l’ordre comme avec tous les représentants de l’autorité publique », a-t-il poursuivi.

Le tabassage du producteur à l’intérieur et à l’extérieur de son studio de musique dans le XVIIe arrondissement, à Paris, a été révélé jeudi 26 novembre par le site en ligne Loopsider. Deux vidéos, qui montrent ce passage à tabac par des policiers, ont choqué et indigné la classe politique, à droite comme à gauche, ainsi que les réseaux sociaux.

Considérant que les forces de l’ordre doivent être « exemplaires », le Chef de l’Etat a rappelé que «ceux qui font appliquer la loi doivent respecter la loi. Je n’accepterai jamais que la violence gratuite de quelques-uns entache le professionnalisme de femmes et d’hommes qui, au quotidien, assurent notre protection avec courage », a-t-il dit..

Mais il a aussi rappelé que les Français doivent eux-aussi être « exemplaires avec les forces de l’ordre ». `« Je n’accepterai jamais les violences perpétrées envers nos policiers et nos gendarmes, tous ceux qui portent l’uniforme », a dit le Chef de l’Etat.

Emmanuel Macron a demandé au gouvernement de lui « faire rapidement des propositions pour réaffirmer le lien de confiance qui doit naturellement exister entre les Français et ceux qui les protègent et pour lutter plus efficacement contre toutes les discriminations ».
Il en a profité pour revenir sur l’article 24 controversé de la proposition de loi sur la « sécurité globale », en réaffirmant son attachement à la liberté d’expression et la liberté de la presse.

« Je n’ai jamais cessé de défendre ces principes et tous ceux qui l’incarnent. Y compris face à ceux qui, depuis l’étranger, ont pour projet de les faire reculer. Je n’accepterai jamais que ces libertés puissent être reniées », assure le Chef de l’Etat dans son message

« Je crois en nos libertés, dont je suis le garant », a-t)il martelé. le Chef de l’Etat qui la « liberté d’expression et liberté de la presse ».

A propos de la « liberté de manifester », le Chef de l’Etat souligne : « quelles que soient les circonstances, chaque citoyen doit pouvoir exprimer ses convictions et revendications à l’abri de toute violence et de toute pression ».

« La France est un pays d’ordre et de liberté, pas de violence gratuite et d’arbitraire », précise-t-il, assurant que « les valeurs de la République ne sont pas négociables. Notre responsabilité collective est de les défendre et de les promouvoir ».

« Il nous faut savoir regarder les réalités de notre pays en face et conduire avec détermination, calme et respect les débats qui sont aujourd’hui ceux de notre société. Ni l’invective, ni l’opprobre, ni les manipulations ne sauraient y contribuer », conclut-il.

Les images que nous avons tous vues de l’agression de Michel Zecler sont inacceptables. Elles nous font honte. La France…

Publiée par Emmanuel Macron sur Vendredi 27 novembre 2020