Propos racistes dans un restaurant : « les nègres ont toujours été des chiens, makak! »


Publié dans : Actualites
Mots clés :
Vues : 1136

La scène se passe dans un restaurant à Basse-Terre en Guadeloupe. C’est un avocat,  Harry Nirelep, qui relate les faits. Ce mercredi, l’avocat était en plein déjeuner avec un confrère quand il a été témoin d’une violente agression raciste envers un jeune guadeloupéen.

J’ai été témoin direct, alors que je déjeunais avec un confrère dans un restaurant de Rivière-Sens (Gourbeyre – Basse-Terre), d’une agression raciste d’une étonnante violence. A une table voisine de la mienne, déjeunait paisiblement un jeune guadeloupéen. Arrive un homme jeune, dont rien n’indiquait qu’il pût être victime d’une quelconque altération mentale. Tout d’un coup, on entend cet individu s’en prendre, sans raison, à mon jeune voisin: « Sale nègre ! Fils de pute! Esclave ! Fils de vieille négresse ! les nègres ont toujours été des chiens, makak ! Un petit nègre comme toi, ne peut pas faire peur, je vais te faire tuer, sale petit nègre !

L’homme ne s’arrêtera pas là ! Avec l’aide d’une amie, Il ira ensuite détruire le véhicule professionnel de la victime et emportera tout son matériel.

Un autre témoin de l’agression raconte :

J’étais présent lors de l’agression du jeune artisan à Rivière Sens…je veux bien témoigner… Car je suis arrivé après l’altercation… Je n’ai pas vraiment bien compris ce qui se passait. J’ai vu un blanc parlant créole entré dans la salle en criant qu’on l’agresse; puis il s’est emparé d’une bouteille de rhum puis d’un couteau dans la cuisine. J’ai tout fait pour le calmer mais je ne comprenais pas que les autres personnes ne réagissaient pas…ce n’est qu’après que j’ai compris que « musieur » avait déjà insulté tout le monde et les autres personnes le laissait pour que « lot boug là fann tchou ay » et moi je ne voulais pas qu’il y ait un crime.

Selon l’avocat, l’auteur de ces violents propos racistes est un héritier d’une grande famille, qui semblait être convaincu que son appartenance ethnique tout comme ses antécédents historiques d’esclavagistes, lui permettaient d’agir dans l’impunité la plus totale.

Sur les conseils de l’avocat, la victime a déposé plainte pour injures racistes, dégradation de bien, vol et menace de mort. Plusieurs clients présents au moment des faits, se sentant visés, envisagent aussi de porter plainte. Les associations antiracistes devraient également être saisies.