Propos racistes envers des Diamantinois : Le maire indigné exige des excuses immédiates, les habitants déposent une plainte collective

Rédigé par : Polly Miette, le
Publié dans : Actualites, Martinique
Mots clés :

« Face aux propos haineux, insultants et racistes sur les réseaux sociaux sous le pseudo « Sylvie Pulfermuller », face à son appel à la violence contre une partie de la population du Diamant, je me dois de dire à la responsable de ces propos vils, dégradants et nauséeux, qu’ils sont aussi passibles de peines devant la Loi », prévient lundi 27 juillet dans un communiqué, Hugues Toussay, le maire du Diamant.

« Et je ne me priverai pas de les porter devant la justice, si ses excuses ne nous parviennent pas, au plus vite », ajoute le maire qui réagissait à des propos racistes et des injures proférés ce week end, à l’égard de Diamantinois sur les réseaux sociaux, par une Française originaire de l’Hexagone et résidant au Diamant.

Lors de plusieurs lives sur Facebook, durant le week-end dernier, cette internaute a accompagné ces injures de ce texte : « un aperçu de ma vie en Martinique ou le respect n’existe plus surtout envers le racisme anti blanc. Un dimanche ». Des propos qui ont enflammé la toile, au point que le maire a dû réagir afin de maintenir la cohésion sociale dans sa ville.

Dès ce lundi, des habitants se sont réunis devant la gendarmerie du Diamant pour déposer une plainte collective contre l’internaute.

« Je comprends donc l’émotion et l’indignation que ces mots insupportables ont pu soulever dans la population », souligne le maire qui lance un appel au calme. Toutefois, nous avons matière à faire que cette personne se remette dans le camp de la sociabilité, du respect d’autrui, fondements de l’humanité. Humanité qu’elle a totalement désertée. C’est pour cela que je demande à chacun de rester calme, je leurs promets de prendre les mesures adéquates !
Il y va de mon droit, de mon devoir, et ce pour notre mémoire collective et pour notre avenir dans cette ville… Où nous vivrons debout et fiers », explique le maire.

« Quand bien même il y aurait un dépassement momentané de décibels, il ne justifie d’aucune manière ce déchaînement d’injures, d’invectives nous rabaissant à l’état animal », considère le maire qui se demande « comment cette personne peut-elle se donner le droit de nous dire ce que nous sommes et où nous devons désormais aller ? »
« Comment peut-elle se permettre un tel appel à la violence sur les personnes et les biens ? Comment peut-elle se permettre un appel à la destruction du symbole de notre histoire : la statue du Neg Mawon située à l’entrée du bourg ? Comment peut-elle nous traiter de singes qui devraient retourner en Afrique ? », s’indigne l’édile
Il considère que « le rabaissement, le mépris et l’ignorance qui caractérisent le racisme, Crime contre l’humanité, sont ici totalement affichés »,
Voici l’intégralité du communiqué du maire :

« Ma solidarité est avec les Indignés

Face aux propos haineux, insultants et racistes sur les réseaux sociaux sous le pseudo « Sylvie Pulfermuller », face à son appel à la violence contre une partie de la population du Diamant, je me dois de dire à la responsable de ces propos vils, dégradants et nauséeux, qu’ils sont aussi passibles de peines devant la Loi. Et je ne me priverai pas de les porter devant la Justice si ses excuses ne nous parviennent pas, au plus vite.

A peine arrivé à la tête de la Mairie, j’ai réuni jeudi 23 juillet, les ambulants de la Place des fêtes ainsi que les restaurateurs du marché polyvalent pour les exhorter à tempérer leurs sonorités musicales afin de ne pas occasionner de gêne pour les habitants des alentours. Et malgré la conjoncture difficile dans laquelle la Covid les a tous plongés (leurs points de vente à peine ouverts…) ils ont acquiescé à ma demande, je tiens à les remercier. Et de nombreux témoignages stipulent que la musique est devenue supportable voire appréciable ; ils attestent donc de la bonne foi des ambulants et restaurateurs. Quant aux fêtes de famille dans les foyers, elles sont sous contrôle d’un nombre de décibels à ne pas dépasser et doivent aussi respecter des horaires.

Quand bien même il y aurait un dépassement momentané de décibels, il ne justifie d’aucune manière ce déchaînement d’injures, d’invectives nous rabaissant à l’état animal. Comment cette personne peut-elle se donner le droit de nous dire ce que nous sommes et où nous devons désormais aller ? Comment peut-elle se permettre un tel appel à la violence sur les personnes et les biens ? Comment peut-elle se permettre un appel à la destruction du symbole de notre histoire : la statue du Neg Mawon située à l’entrée du bourg ? Comment peut-elle nous traiter de singes qui devraient retourner en Afrique ?

Le rabaissement, le mépris et l’ignorance qui caractérisent le racisme, Crime contre l’humanité, sont ici totalement affichés. Je comprends donc l’émotion et l’indignation que ces mots insupportables ont pu soulever dans la population.

Toutefois, nous avons matière à faire que cette personne se remette dans le camp de la sociabilité, du respect d’autrui, fondements de l’humanité. Humanité qu’elle a totalement désertée. C’est pour cela que je demande à chacun de rester calme, je leurs promets de prendre les mesures adéquates !
Il y va de mon droit, de mon devoir, et ce pour notre mémoire collective et pour notre avenir dans cette ville… Où nous vivrons debout et fiers !

Hugues Toussay
Maire du Diamant »