PSG : «Antillais», «Afrique Noire», «Français» ou «Maghrébin» le fichage ethnique qui fait scandale

Vues : 716

Le PSG dans la tourmente après les révélations du site Médiapart qui, dans une enquête sur les Football Leaks, révèlent que le club utilisait le fichage ethnique lors de recrutement de jeunes sportifs.

Durant cinq ans, de 2013 à 2018, le PSG a fiché des adolescents selon leur couleur de peau ans le cadre de sa politique de recrutement pour son centre de formation. L’affaire a été mis au grand jour au départ de Marc Westerloppe (ci-dessous), l’un des responsables à l’époque de la cellule de recrutement. Une pratique de fichage ethnique qui a pris fin 3  mois après que Marc Westerloppe soit parti du club, c’est à dire en mars 2018.

« Antillais », « Français », « Maghrébin »  ou « Afrique Noire »  étaient les quatre catégories dans lesquels les recruteurs du Paris Saint-Germain devaient classer les futures recrues pour le centre de formation du club. Des informations livrées dans un article de Médiapart, paru ce jeudi 8 novembre 2018.

Dans un communiqué publié ce même jour, le PSG (Paris Saint Germain) confirme que « des formulaires avec des contenus illégaux ont été utilisés en 2013 et 2018 par la cellule de recrutement du centre de formation. Ces formulaires ont été institués à la seule intiative personnelle du responsable de ce département ».

« C’est un sentiment de trahison, une telle pratique va à l’encontre de tout ce pourquoi le club travaille au quotidien. C’est un club qui fait beaucoup d’effort sur la lutte contre toutes les discriminations. Le fait qu’une poignée d’individus se soient permis d’aller intégrer des critères ethniques pour définir des jeunes joueurs, c’est une trahison, c’est totalement inacceptable. ». Jean-Claude Blanc, le directeur général du PSG est en colère et dans une interview accordée à RMC Sport, il a fait part de son écœurement et décidé de poursuivre les responsables.

Selon Jean-Claude Blanc : « En aucun cas, une information de fichage technique systématique par une cellule de quelques recruteurs initiés par des responsables n’était remontée à la direction générale du club ». 

Pourtant en 2014, après des propos « condamnables » tenus par Marc Westerloppe lors d’une réunion, et un entretien préalable à une sanction, le responsable du recrutement au PSG, n’a jamais été inquiété. Aucunes mesures disciplinaires n’a été mis en œuvre à son encontre.

Le PSG qui affirme n’avoir pas eu connaissance de ces fiches, a lancé une enquête interne selon l’AFP.

Dorothée Audibert-Champenois/Facebook Twitter C’news actus Dothy  Images PSG/Capture d’écran C’news Actus Dothy