Quentin Dehar avait peur de « finir comme FX », les réseaux sociaux sont-ils accusés de pousser au suicide?

«La Télé-Réalité l’a perdu », le cri des parents de Quentin Dehar est bouleversant, entre peine, révolte et incompréhension. Leur fils qui souhaitait se reconvertir comme stewart après plusieurs années de vedettariat télévisé, s’est donné la mort. La faute aux réseaux sociaux, les parents, les médias, le public, la société s’alarment sur l’utilisation abusive des médias sociaux.

Vendredi 6 septembre 2019, plus de 250 personnes on tenu à rendre hommage à Quentin Dehar à Condé-en-Barrois dans la Meuse. Selon l’Est Républicain, l’église Saint-Michel dans la commune d’où était originaire le jeune homme, était bondée. Sa meilleure amie Anastasia Doll dite Barbie, lui a fait ses adieux tout en décrivant la relation particulière qu’elle entretenait avec Quentin Dehar, connue comme le sosie de Ken : «Tu avais trouvé en moi ta compagne parfaite, Barbie. Nous nous sommes peu à peu enfermés dans ces personnages, Barbie et Ken (…) Tu étais mon Ken et maintenant tu seras mon ange gardien». 

Pour se rapprocher de son idole Ken, le jeune Quentin Dehar a déboursé des dizaines de milliers d’euros en chirurgie esthétique. Il s’était alors fait connaître au grand public en 2014, lors de son passage dans l’émission «Tellement Vrai» puis en 2016, à l’émission «Un dîner presque parfait».  Il se considérait comme une star internationale puisqu’il se voulait le sosie officiel de Ken, commentaient les médias people.

A cette époque son ami Yan voyait «un jeune, mal dans sa peau» : «Quand il est passé à la télévision, il était attaqué de toutes parts. Il recevait des menaces de mort, on le comparait à un animal, sans parler de l’homophobie. C’était terrible»

Yan témoigne dans Public : «Si je prends la parole aujourd’hui, c’est surtout pour sensibiliser les jeunes aux dangers des réseaux sociaux. Ce sont eux qui ont détruit Quentin. Quand j’ai rencontré Quentin lors d’Un Dîner presque parfait, il était déjà mal dans sa peau. Ce mal-être a été amplifié par les réseaux sociaux ».

Pourtant malgré cette hypersensibilité qu’il lui reconnait, Yan 42 ans, avoue que son ami voulait «être dans la lumière car il manquait terriblement de confiance en lui», il avait un besoin vital d’amour.

Lundi 2 septembre 2019, Quentin Dehar devait fêter son anniversaire, il aurait eu 27 ans. Il a été retrouvé pendu dans sa chambre à l’hôtel du Roi-René, à Aix-en-Provence, dans le sud de la France. L’autopsie et l’inspection de sa chambre n’ont laissé aucun doute, Quentin s’est donné la mort, ce même jour, il venait de rompre avec son petit ami.

A l’annonce de son décès, les parents de Quentin Dehar ont crié leur douleur dans les médias : «La télé-réalité l’a perdu ». Quentin n’allait pas bien.«Il y avait chez lui une forme de provocation, de comédie, un sens de l’improvisation mais il n’était pas dupe», raconte le père du jeune homme. En août dernier, Quentin Dehar postait des messages alarmants sur son compte Instagram disant avoir peur de« finir comme Loana ou FX ». Comme un appel à l’aide?

Quelques jours plus tôt, Quentin Dehar associait son image à celle de FX : Le jeune homme avait posté la capture d’écran d’une recherche Google au sujet du suicide de FX (…) , avec comme légende en bas de l’image :  « Frère ».

Comme pour le décès de François-Xavier, dit FX, ex-candidat de Secret Story 3 puis de Carré ViiiP, en 2011, les réseaux sociaux sont montrés du doigt.  Dans  «sa troisième saison de Secret Story, le comportement de FX avait suscité de violentes réactions de la part du public. Arrogant, hautain, celui qui ne voulait pas «se mélanger au peuple »se donnait un genre, une attitude qui a peut-être précipité sa chute. Délaissé par les médias et le public après le flop de sa dernière télé réalité, Carré Viiip, il vivait mal ce soudain retour à la vie réelle» lisait-on dans les médias.

FX 22 ans s’est finalement suicidé en se jetant sous les roues d’un véhicule dans la nuit du 8 au 9 août 2011 à 00h50 dans la commune de Bouée dans l’Ouest de la France.

En évoquant le suicide des stars qui choisissent une fin tragique, les médias comme le public s’interrogent et tentent de comprendre ces jeunes,  victimes des harceleurs et «haters» sur les réseaux sociaux.

En 2017, les résultats d’une grande étude (sur la base de deux enquêtes sur 506.820 personnes) menée par une équipe de psychologues rattachés aux universités de San Diego et de Floride,  pointaient du doigt de «probables coupables» : L’usage des écrans en général et des réseaux sociaux en particulier.

Les chercheurs, Jean M. Twenge, Thomas E. Joiner, Megan L. Rogers et Gabrielle N. Martin, membres de cette équipe de psychologues ont conclu que la « hausse spectaculaire du taux de suicide et des symptômes dépressifs, notamment chez les adolescents, coïncide avec le boom des appareils connectés et la fréquentation des réseaux sociaux».

Selon eux, les envies et le passage à l’acte suicidaire relèvent de « deux facteurs de risque combinés : Le manque d’appartenance (le fait de se sentir exclu, isolé, coupé du monde) et la perception de pesanteur (l’impression d’être un poids pour son entourage».

Ce que la consommation excessive de réseaux sociaux pourrait favoriser, précise l’enquête publiée il y a deux ans.

Source Enquête Slate/Quartz at Work

Dorothée Audibert-Champenois/facebook Twitter C’news Actus Dothy  Images