Racisme et incitation à la violence : Les gendarmes interpellent deux personnes au Diamant, le maire dépose plainte avec des habitants et appelle au calme

Rédigé par : Polly Miette, le
Publié dans : Actualites, Martinique
Mots clés : ,

Les gendarmes ont interpelé, lundi soir, dans un climat de vive tension, deux personnes originaires de l’Hexagone, résidant au Diamant, en Martinique, soupçonnées de propos racistes, d’incitation à la violence et la haine à l’égard d’une famille martiniquaise. Le maire de la commune, Hugues Toussay et la famille, victime des propos racistes ont porté plainte.

Lundi soir (28 juillet 2020), le maire du Diamant, soutenu par une foule importante en colère, s’est rendu à la gendarmerie de la commune où il a porté plainte contre deux habitants pour propos injurieux, diffamatoires, racistes, incitant à la violence. Il s’agit d’une dame originaire de l’Hexagone et d’un homme, soupçonné de lui avoir donné des conseils de fabrication d’un cocktail molotov.

A l’origine de cette affaire, qui a démarré dimanche (26 juillet 2020) au Diamant, un jeune homme qui fête son anniversaire en famille dans une ambiance sonore, qui ne convient visiblement pas à l’une de ses voisines, originaire de l’Hexagone.

Cette dernière filme la fête d’anniversaire et diffuse les images sur les réseaux sociaux en les accompagnant de propos racistes et haineux. Elle se plaint en particulier de la musique qu’elle juge trop forte.

Plus tard, elle contestera ses propos, expliquant que son compte FB a été piraté. Mais, sur les réseaux sociaux, les images et les propos ne passent pas, suscitant un tollé d’indignation.

Dès le lundi, le jeune homme et sa famille se rendent à la gendarmerie pour porter plainte, accompagnés de plusieurs habitants en colère et de militants Rouge-Vert-Noir (du nom du drapeau martiniquais anitcolonialiste).

De son coté, le maire du Diamant, Hugues Toussay monte au créneau et dénonce dans un premier temps les propos racistes, invitant l’auteur à présenter immédiatement des excuses, faute de quoi il promet de déposer plainte.

Mais quelques heures plus tard, il décide de porter plainte, estimant qu’il lui semble « obligatoire de déposer une plainte car « les propos sont inqualifiables sur les réseaux sociaux ».

Le maire ajoute que c’est le peuple Martiniquais tout entier qui est concerné.
Sa plainte a été déposée pour « propos haineux, racistes vis-à-vis de nous peuple martiniquais et de l’être humain en général ».

Il rappelle que l’auteur des propos a aussi appelé à la violence puisque « cette dame a mentionné sa volonté d’user de cocktail molotov avec des renseignements sur sa composition ».

Le maire ajoute que « cette personne avance l’idée de déboulonner la statue mémorial du « nèg mawon » qui se trouve à l’entrée du Diamant (…). Le nèg mawon qui est le symbole de notre histoire ».

« Dans ces propos qui appellent à la destruction d’un monument tel que le nèg mawon, c’est une insulte au peuple Martiniquais », affirme Hugues Toussay qui suggère à ses collègues et aux Martiniquais à eux-aussi porter plainte.

Le maire rappelle que le Diamant compte de nombreux symboles mémoriels comme le Nèg mawon, à l’entrée du bourg ou le Cap 110, à la sortie de la commune.

Il souligne que cette résidente de la commune est entourée de voisins qui vivent aujourd’hui dans la crainte d’être associés à cette dame accusée de racisme.

Il appelle donc la population au calme et à « s’écarter des amalgames, à garder son sang froid, à faire confiance à la Justice ».

Toutefois, il affirme sur la page FB de la ville que « face au racisme, il n’y aura aucune indulgence envers ceux qui le pratiquent et le propagent ».

Il réitère « sa solidarité sans failles avec les victimes des propos discriminants et abjects diffusés sur les réseaux sociaux ».

Face au racisme, pour le maire Hugues Toussay; il n’y aura aucune indulgence envers ceux qui le pratiquent et le…

Publiée par ville du Diamant sur Lundi 27 juillet 2020