« Reculades du gouvernement sur le pass sanitaire aux Antilles »

Mis en ligne par admin, le
Publié dans : Actualites, France, Martinique
Mots clés :

« Reculades du gouvernement sur le pass sanitaire aux Antilles » par Francis Carole :

Le ministre de la santé s’est exprimé, ces derniers heures, en faveur d’un report -aux « Antilles »-de l’obligation vaccinale pour les soignant.e.s qui constituait l’un des points forts de la loi du 5 août 2021 relative à la gestion de la crise sanitaire.

Dans sa déclaration du 9 août dernier le PALIMA exigeait « une dérogation à l’application de la loi sur l’extension du pass sanitaire -inapplicable en Martinique- qui ne fera qu’ajouter du désordre aux incohérences existantes.. »

Dès la plénière des 26 et 27 juillet, au nom des élu.e.s du Gran Sanblé Pou Matinik, nous mettions en évidence le caractère absurde de l’application de cette loi dans notre pays :
« C’est ce point politique essentiel, sur lequel aucune concession de principe n’était envisageable, qui a constitué la ligne de démarcation entre notre position et celle de la majorité de l’Assemblée de Martinique.

Au-delà de la revendication politique, cette demande de dérogation à l’application du pass sanitaire en Martinique constitue une exigence de l’intelligence et du bon sens.

Cette loi est en effet inapplicable dans un pays où plus de 80% des personnes ne sont pas vaccinées. Elle aboutira inéluctablement à un désastre économique, social, sociétal et humain, comme on en voit déjà les prémisses. »

Sous la contrainte des événements, les autorités françaises n’ont pas eu d’autre choix que de l’admettre aujourd’hui, avouant par là même les limites de leur stratégie sanitaire dans notre pays.

On peut regretter que la CTM, dirigée par de prétendus autonomistes, n’ait pas été porteuse de cette exigence politique minimale et ait préféré se mettre à la remorque du gouvernement français, sans doute considéré comme le « meilleur spécialiste des affaires martiniquaises ».
Il demeure qu’il ne s’agit pas de simplement « reporter » l’obligation vaccinale pour les soignant.e.s mais de ne pas l’appliquer du tout dans notre pays.

Au-delà de toutes les hystéries, la vraie question dans la lutte contre l’épidémie de COVID-19 n’est pas dans la caricature médiatique d’un affrontement entre « pro et anti-vaccins ». Elle est essentiellement dans les stratégies à mettre en œuvre pour sauver des vies, en utilisant, avec discernement, tous les moyens à notre disposition.
Francis CAROLE
MARTINIQUE
Dimanche 29 août 2021