Report de la rentrée scolaire en Martinique : l’UFM lance une alerte au Préfet, aux maires et à la CTM

Rédigé par : Melody Thomas, le
Publié dans : Actualites, Martinique
Mots clés :

Suite au report de la rentrée scolaire en Martinique, l’UFM souhaite alerter le Préfet, les maires, la CTM sur les conséquences de ces décisions. L’association craint qu’encore « une fois, ce seront les femmes, majoritaires à s’occuper des enfants, en famille monoparentale ou pas, qui auront à gérer cette situation ». Dans un communiqué l’Union des Femmes de Martinique pointe du doigt  les stress supplémentaires, qui viendront « impacter la santé des femmes et des enfants » : suspension de la cantine, l’école à la maison, l’accès à internet !

Au vu de la situation sanitaire, il a été décidé la prolongation du confinement jusqu’au 19 septembre.

Concernant la rentrée scolaire, celle-ci est reportée au 13 septembre, mais
– à partir du 13 septembre tous/toutes les élèves seront accueilli.es dans les établissements scolaires une fois par semaine. Le reste du temps, l’enseignement s’effectuera à distance.
– les services de restauration sont suspendus jusqu’au 27 septembre
– Après cette date, le temps d’enseignement en présence pourra être augmenté, on ne sait rien en ce qui concerne la restauration sur place.

Sans porter de jugement sur ces dispositions vues semble-t-il avec les différents partenaires, l’UFM souhaite alerter le Préfet, les maires, la CTM sur les conséquences de ces décisions.
– Encore une fois, ce seront les femmes, majoritaires à s’occuper des enfants, en famille monoparentale ou pas, qui auront à gérer cette situation : en tant que mères, mais aussi grand-mères, taties… sollicitées par les parents qui travaillent pendant cette période : les garder, mais aussi les faire travailler, avec toutes les inégalités liées aux possibilités de chaque parent que cela comporte

– La suspension de la restauration représente un surcoût financier pour toutes les familles, nombreuses, dont les enfants sont à la cantine
– Certains établissements scolaires avaient mis en place des petits-déjeuners pour améliorer l’équilibre des repas, quand on sait que beaucoup de jeunes ne mangent pas le matin, ou mangent des produits pas toujours très sains
– L’accès à internet (matériel et connexion) demeure encore un problème pour trop d’enfants.
Charge mentale accrue, charge financière alourdie, sont des stress supplémentaires, qui viennent impacter la santé des femmes et des enfants !

Nous vous appelons à prendre des dispositions en faveur des familles et en particulier les femmes, non seulement d’aide financière pour les aider à surmonter cette période difficile, mais aussi à mettre en place des dispositifs d’aide à la gestion de cette charge mentale et au suivi des enfants.

L’Union des Femmes de Martinique se porte volontaire et se tient à disposition pour une gestion citoyenne et collective de cette période.