Retour des Bumidomiens, congés bonifiés, téléphonie surtaxée, discrimination, le Créfom est en « Marche pour L’Égalité Réelle »

Le Créfom, le Conseil Représentatif des Français d’Outre-mer, ouvrait un débat public au Ministère des Outre-mer à Paris, ce mardi 12 mars 2019. L’occasion d’aborder des thématiques sur les ultramarins dans l’hexagone, de préconiser des solutions pour l’amélioration des conditions de vie du million d’ultramarins qui vivent en métropole.

Mardi soir à l’hôtel de Montmorin, les ultramarins de l’hexagone étaient une centaine à s’interroger sur l’Etat qui selon eux, aurait « rompu le principe de l’Egalité » entre ses institutions et les ultramarins installés en métropole. Inquiets comme leurs compatriotes, les invités du Créfom étaient tous présents dans le but de dénoncer les carences du gouvernement vis-à-vis de ces ultramarins hexagonaux. Il s’agissait également de défendre les intérêts de ces milliers de français des outre-mer basés sur le sol métropolitain qui subissent une discrimination positive et souffrent d’une continuité territoriale presqu’inexistante.

« En Marche Vers l’Égalité Réelle » rassemblait ce 12 mars à Paris, des personnalités de la société civile ultramarine, de jeunes associations nées de la Marche du 23 mai 2018, des agents de différents ministères publics, des membres du collectif les « Outremer en Hexagone », José Althey de Montchappé, Antony Etelbert, des producteurs de télévision, comme Greg Germain, comédien, réalisateur et directeur de Théâtre, des artistes, des sportifs et de nombreux anonymes. Sous la Présidence de Jacques Martial et le concours de Daniel Dalin, secrétaire général du Créfom, les thèmes prévus dans le cadre du débat public abordaient des sujets particulièrement sensibles.

Parmi les différents points débattus ce mardi, entre la discrimination positive, la réforme de l’audiovisuelle publique (FranceÔ), le Chloredécone qui envahit les côtes antillaises, trois dossiers ont fait l’objet de vives discussions entre les participants. La continuité territoriale, les congés bonifiés et le retour des anciens du Bumidom.

Tout d’abord, la continuité territoriale. Cette question vieille de plusieurs années ne semble pas trouver de réponses justes quant aux demandes des antillais, des guyanais, des mahorais et des réunionnais : « L’Etat a abandonné les ultramarins de l’hexagone » soupire un participant. Tout en regrettant l’absence de la Ministre des Outre-mer à cette rencontre-débat, José Althé de Montchappé comme d’autres invités ont énuméré les dysfonctionnements de la continuité territoriale entre les instances de l’Etat d’une part et les Territoires et Région des Outre-mer, d’autre part. Daniel Dalin, membre du Créfom, précise « qu’il y a un défaut de continuité territoriale », il argumente. Les familles antillaises comme celles de l’Océan Indien, ont des revenus modestes, il est difficile pour cette classe moyenne, d’acheter des billets qui sont très chers durant la saison des vacances scolaires. Comment expliquer, qu’un vol entre Cayenne et Fort-de-France soit au même tarif qu’un trajet de Fort-de-France vers Paris, de plus, sur une compagnie française dont l’Etat est actionnaire.

« Il faut une France plus solidaire, mais elle ne l’est pas », reconnaît à l’unanimité l’assistance. Jusque là, les promesses de l’Etat n’ont pas abouti, « il nous faut du concret ». Pour cela : « Nous devons être précis dans nos revendications » laisse entendre un intervenant excédé. La proposition de « solliciter le défenseur des Droits, Jacques Toubon », est noté.

Le mot solidarité aura souvent été utilisé durant ce débat public. Il le sera pour envisager le retour des Bumidomiens dans leur région natale. « Pourquoi ne pas refaire le Bumidom à l’envers cette fois », une question qui évalue l’ampleur de la tâche à accomplir. Beaucoup de futurs retraités Bumidomiens n’ont plus d’attaches, ni de biens fonciers en Outre-mer. De plus ils craignent la « chèreté de la vie chez eux ».

Des idées ont émergé de cette longue réflexion, comme cet appel aux « collectivités, aux employeurs qui devraient faire des efforts et les aider (les Bumidomiens) à rentrer chez eux ».

L’autre point qui a suscité une longue critique, est celui qui,  depuis quelques semaines met en émoi les internautes. Le 11 janvier 2019, une rencontre entre les cabinets de différents ministères a eu pour objet « d’examiner le projet de réforme des congés bonifiés, de fixer le contenu du mandat de concertation ainsi que ces modalités ». Les agents qui en bénéficient partiraient « plus souvent et moins longtemps ». La délégation aux Outre-mer à l’Assemblée Nationale sur proposition de son Président Olivier Servat a réagi en proposant de se « saisir d’un rapport d’information sur la thématique des congés bonifiés » en attendant une confirmation des dispositions envisagées à la réunion du vendredi 11 janvier dernier.

Ont été évoqués, la dissolution de la Délégation Interministérielle, diligentée par le guadeloupéen Jean-Marc Mormeck, une rencontre le 29 mars à l’Assemblée Nationale autour de la réforme audiovisuelle et de FranceÔ. Pour soutenir la chaîne, plusieurs actions sont avancées, des manifestations dans les rues ainsi qu’une pétition qui a déjà recueillie plus de 62 000 signatures.

Les membres du Créfom ont assuré que toutes les réflexions menées lors de « En Marche Vers l’Égalité Réelle », seront transmises, à la Ministre des Outre-mer, Madame Annick Girardin, au Premier Ministre, Monsieur Edouard Philippe et, au Président de la République, Monsieur Emmanuel Macron.

Reportage Dorothée Audibert-Champenois/Facebook Twitter C’news Actus Dothy
Images C’news Actus Dothy