Royaume-Uni : Comme Gwenaelle, les jeunes peuvent s’installer à l’étranger grâce au VIE

Partir, aller jusqu’au bout de ses rêves. C’est la philosophie de Gwenaelle Castry et elle l’applique à toutes les occasions. Depuis deux mois la vie de la jeune guadeloupéenne a pris un nouveau tournant. Et, en juillet dernier, diplôme en poche, elle a quitté la France pour s’installer à Crowley (West Sussex), une ville dans le Sud de Londres. Gwenaelle Castry ne connait pas très bien l’anglais, mais qu’importe, l’ex brillante étudiante, est en apprentissage.

Les objectifs sont multiples, maîtriser parfaitement la langue de Shakespeare, rencontrer d’autres cultures, d’autres gens, se prouver qu’on peut réussir en partant à l’aventure mais aussi s’épanouir professionnellement à l’étranger. Pour bien réussir, Gwenaelle Castry a pris le partie d’intégrer la communauté antillaise qui vit ici au Royaume Uni. Active, elle est également bénévole auprès de ces associations qui se réunissent souvent autour de manifestations culturelles.

Dans ces occasions, il n’est pas rare de rencontrer les antillais qui nous expliquent pourquoi, ils aspirent à vivre, quelques temps, loin de leur île, loin de la France. Leurs parcours sont tous différents mais beaucoup ont transité en France, le temps de faire leurs études ou de les terminer.

Comme d’autres, Gwenaelle a passé son bac et sa prépa pour les Grandes Ecoles en Guadeloupe et à 20 ans, la jeune fille a choisi la France pour ses études commerciales qu’elle suivra durant quatre ans. Sitôt diplômée en Ressources Humaines, elle s’inscrit (via Internet) pour bénéficier du dispositif VIE (Volontariat International en Entreprise) mis en place pour les jeunes français qui veulent travailler à l’étranger.

Après une série de tests, d’examens et d’entretiens, Gwenaelle Castry qui a répondu à plusieurs offres anglophones est enfin acceptée pour un poste de DRH (Développement, RH et Formation) . Depuis septembre, elle occupe son premier emploi comme Chargée de Formation et en Grande-Bretagne grâce à Business France. Un organisme qui dépend du Commerce Extérieur Français.

Vivre en co-location est la solution la plus simple au Royaume-uni, Gwenaelle Castry a désormais tout pour réussir dans son pays d’adoption. Mais la jeune antillaise ne désespère pas de trouver une opportunité dans la Caraïbe, à la Barbade ou à Trinidad. Car au final, elle avoue avoir comme objectif de revenir en Guadeloupe, fort de ses connaissances et de a parfaite maîtrise de la langue anglaise.

Reportage Dorothée Audibert-Champenois/Facebook Twitter C’news Acus Dothy


Images C’news Actus Dothy