Saint-Martin dans une «insécurité extrème», la ministre Annick Girardin condamne les violences

Annick Girardin, ministre française de l’Outre-mer, a condamné la manifestation violente en cours dans la partie française de Saint-Martin. Les habitantss protestent contre la révision du rapport PPRN (Plan de Prévention des Risques naturels). Dans certaines communes, des manifestants ont mis le feu à des débris et à des véhicules, une situation préoccupante pour le gouvernement d’Edouard Philippe.

Ce lundi 16 décembre 2019, la ministre des Outre-mer a tweeté sur les violences et les manifestations qui se déroulent dans la partie française de l’île de Saint-Martin. Selon Annick Giradin, Saint-martin est dans une «insécurité extrême». «A Saint-Martin, les manifestations en cours créent une insécurité insupportable dans la région» a ajouté la ministre.

Dans un communiqué à l’AFP, Annick Girardin a cependant tenté de rassurer la population de l’île : «Je comprends les attentes du peuple de Saint-Martin, mais une déclaration au calme est essentielle. Je suis en communication permanente avec les contrôleurs sélectionnés et le président de la Collectivité pour travailler ensemble sur des propositions adaptées à la situation »

En attendant, Valérie Damaseau Aida Weinum, la directrice du Tourisme, a mis en garde les vacanciers leur demandant d’éviter de sortir mais de privilégier les activités intérieures.

Une soixantaine de gendarmes supplémentaires ont été déployés pour assurer la sécurité des habitants et des voyageurs. Quant aux visiteurs ils ne peuvent se rendre dans la partie française, seulement l’Aéroport international Princess Juliana de Sin-Marteen fonctionne, indiquent les autorités néerlandaises de Saint-Maarteen.

Dorothée Audibert-Champenois/Facebook Twitter C’news Actus Dothy
ImagesOrfi.org