« Saint-Valentin, j’peux pas j’ai Vidé »

Vues : 1479

Entre les deux, mon cœur ne balance pas ou alors balance très difficilement.

Cette année, le calendrier nous met face à un énorme dilemme. Le mercredi des cendres tombe un 14 février, date de la saint-valentin. 

La question qui se pose, faut-il sacrifier l’un au détriment de l’autre ? Aux oubliettes les longues heures avec l’être cher, entre les cadeaux, le restaurant et les fleurs, tout cela ponctué par des regards langoureux et des mots doux susurrés à l’oreille. Ou alors, faire une croix sur le dernier vidé avec Vaval qu’on va enterrer sans scrupules, entre les jurons, les jets de farine, les tenues malélivées mais dans le respect des couleurs de circonstance : le noir et blanc…

En tout cas, cette particularité du calendrier tombe comme du pain béni pour ce centre commercial de la banlieue de Fort de France. Il propose en un tour de main de lier les deux évènements.

Sur un fond rouge rappelant l’intensité des sentiments, on peut voir écrit en blanc : « Saint-Valentin, j’peux pas j’ai VIDE. Signé : ton Vaval qui t’aime! » Un slogan qui deviendra peut-être l’hymne du carnaval 2018 en Martinique. L’affiche publicitaire, visible un peu partout sur l »île, fait sourire.

Un beau clin d’œil, et une idée de génie à piquer pour ceux qui se retrouveraient embarrassés par un choix crucial.