Sainte-Luce : L’Etat propose un projet pour rétablir la libre circulation le long du littoral

Rédigé par : Melody Thomas, le
Publié dans : Actualites, Martinique
Mots clés : ,

Dans un communiqué la préfecture annonce que les services de l’Etat en lien avec la commune de Sainte-Luce, ont élaboré un projet pour rétablir le libre accès au rivage et la libre circulation des piétons le long du littoral du quartier Désert (Fond Larion). Le travail doit maintenant être approfondi et dans l’attente du résultat de ces travaux topographiques prévu pour la fin du mois de juin, un cheminement littoral provisoire sera proposé après recul des clôtures des résidences concernées.

La préfecture rappelle que « les destructions et agressions des personnes sur ce site sont fermement condamnées et seront sanctionnées. »

Conformément aux engagements pris il y a quinze jours, les services de l’Etat en lien avec la commune de Sainte-Luce, ont élaboré un projet de cheminement littoral, conforme à la règlementation et respectant le droit de propriété des riverains.

Ce projet propose un tracé qui rétablit le libre accès au rivage et la libre circulation des piétons le long du littoral du quartier Désert.

Corinne BLANCHOT-PROSPER, sous-préfète du Marin, aux côtés de Nicaise MONROSE, maire de Sainte-Luce, a présenté le projet de tracé ce samedi 25 mai 2019 aux propriétaires riverains du quartier. Une deuxième réunion de présentation s’est tenue ce lundi 27 mai 2019 avec une délégation élargie composée par l’Assaupamar.

Le travail doit maintenant être approfondi par les services de l’Etat pour effectuer notamment les relevés de géomètre nécessaires à la redélimitation du rivage de la mer. Dans l’attente du résultat de ces travaux topographiques prévu pour la fin du mois de juin, un cheminement littoral provisoire sera proposé après recul des clôtures des résidences concernées.

Par ailleurs, afin d’assurer la circulation en toute sécurité des travaux pourraient s’avérer nécessaires en fonction de la caractéristique du tracé retenu.

Le rétablissement de la servitude doit être mené en toute sérénité dans le respect des procédures et des concertations auxquelles s’étaient engagés les services de l’Etat.

Les destructions et agressions des personnes sur ce site sont fermement condamnées et seront sanctionnées.