Sandra Parks 13 ans tuée par balle, elle dénonçait «les jeunes victimes innocentes des armes à feu»

Engagée contre l’usage des armes à feu aux Etats-Unis, Sandra Parks, élève dans l’Etat du Wisconsin remportait un concours d’écriture en 2016 et partait en guerre contre les armes. La jeune adolescente s’attristait que «de jeunes enfants soient les victimes innocentes des armes à feu». Deux ans plus tard, elle décédée d’une balle dans la poitrine. Son meurtrier comparaît aujourd’hui pour homicide au premier degré. L’homme a plaidé coupable ce mardi 11 juin 2019 pour éviter que les proches de la jeune victime supportent un procès douloureux.

Sandra Parks

Plusieurs jours après la fête de Thanksgiving,  lundi 19 novembre 2018, dans le Milwaukee où elle vit avec sa mère et sa soeur Tatiana Ingram, Sandra Parks était dans sa chambre à coucher. Quand soudain, elle crie : «Maman, on vient de me tirer dessus». De l’extérieur, un projectile tiré par une arme à feu a percé un trou et s’est logé dans sa poitrine. Sandra Parks meurt, victime d’une balle qui ne lui était pas destinée. Isaac Barnes, 26 ans est arrêté le lendemain, le mardi 20 novembre 2018.

Isaac Barnes, l’accusé

La famille de la petite Sandra Parks, dévastée et en pleur, s’exprimait en novembre dernier, dans une vidéo diffusée dans le Milwaukee Journal Sentinel. Bernice Parks rappelait le combat de sa fille contre l’usage des armes à feu : «Mon bébé n’était pas une violente. Elle n’aimait pas la violence. Elle rendait heureux tous les gens qu’elle connaissait, tous ceux qui croisaient son chemin.» déclarait sa mère au micro de WISN 12News.

Bernice Parks, la mère de la jeune victime

Aujourd’hui, les informations du procureur donnent une vision plus précise des faits qui sont reprochés au meurtrier Isaac Barnes. Selon ses révélations c’est en fait Tamika Harris, l’ancienne petite amie de l’accusé de 26 ans qui était visée cette nuit là.

A l’époque, les enquêteurs ne comprenaient pas pourquoi des coups de feu avaient été tirés contre le domicile de l’adolescente, à quelques kilomètres au nord du centre-ville de Milwaukee. Tom Barret, le maire de Milwaukee réagissait à cette triste affaire en dénonçant la violence par armes à feu dans sa ville comme dans l’ensemble des États-Unis.

Cette semaine, Bernice Parks, la mère de Sandra Parks, a averti qu’elle demanderait la peine maximale, c’est à dire 85 ans de prison. La procureure adjointe, Hanna Kolberg, a déclaré que l’accusation recommanderait une peine d’emprisonnement mais laisserait le juge déterminer la peine applicable. Les délibérations auront lieu le 23 août 2019.

Tragique situation pour la population du comté, encore sidérée par le meurtre de Sandra Marks, auteure d’un essai à succès.

Militante contre la prolifération des armes à feu, la jeune élève de sixième remportait en 2016, la troisième place d’un concours d’écriture en l’honneur de Martin Luther King Jr. Sandra Parks présentait un essai contre les armes à feu qu’elle a intitulé «Notre Vérité». Au début de l’année 2017, Sandra Parks avait lu un extrait de son texte sur les ondes de la Wisconsin Public Radio.

Dorothée Audibert-Champenois/Facebook Twitter C’news Actus Dothy
Images WISN12News