Ségrégation et racisme : « I Am Not Your Negro », le film haïtien aux Oscars 2017

Vues : 300

Sacré meilleur documentaire au Festival International du Film de Toronto en septembre dernier, le documentaire « I Am Not Your Negro », du cinéaste haïtien Raoul Peck est officiellement en salle ce vendredi 3 février 2017. Il est nominé aux Oscars 2017 dans la catégorie : Oscar du Meilleur film documentaire.

Raoul-Peck-715x533
Ce documentaire de 93 minutes sur la vie de James Baldwin sera projeté à Los Angeles aux Oscars 2017 du Cinéma qui s’ouvrent le 26 février au Théatre Dolby sur Hollywood Boulevard.

3IAMNOTYOURNEGRO1-master768

L’auteur américain né pauvre à Harlem en 1924,  réussi ses études littéraires malgré la désapprobation de son beau-père David Baldwin. Marqué dans l’enfance par la discrimination et les inégalités entre Blancs et Noirs, James Baldwin devint un activiste, fervent défenseur de la cause noire. Ce qui lui permis de rencontrer les grandes figures qui se sont illustrées dans le combat contre les injustices faites à la communauté noire. Pasteur dès l’âge de 14 ans, il rencontre des artistes qui militent contre le racisme, Sidney Poitier, Nina Simone ou Harry Belafonte. Mais l’écrivain écoeuré par la haine de l’Amérique contre les homosexuels et le racisme affiché qui nie aux noirs leurs droits civiques, James Baldwin quitte définitivement les Etats-Unis pour s’installer en France.

IamNotYourNegro_01

Il y a trente ans que James Baldwin mourrait d’un cancer de l’estomac dans le Sud de la France à Saint-Paul-De-Vence. Le militant américain terminait « Remember This House », un ouvrage sur les relations raciales en Amérique. Trois activistes noirs, Medgar Evers, Malcolm X et Dr Martin Luther King, Jr. ont inspiré James Baldwin, l’auteur du best-seller « Go Tell it on The Mountain ».

20170203_024016

Avant son décès, l’écrivain entamait un roman qui est resté inachevé. Le film de Raoul Peck  « I am Not Your Negro » complète « Remember This House » dans lequel James Baldwin raconte ses échanges avec entre autres William Buckley de l’Université de Cambridge et Kenneth Clark, psychologue, activiste et fondateur de Harlem « Youth Opportunities Unlimited ». En toile de fond, les luttes des noirs américains qui attendent un décret qui leur leur restituerait l’égalité face à leurs compatriotes blancs. Samuel L. Jackson, dans le documentaire de Raoul Peck, est le narrateur qui prête sa voix à l’essayiste, romancier et écrivain de théâtre, James Baldwin.

20170203_023655

Le documentaire enrichi des extraits de conférence et de débats enregistrés dans les années militantes de James Baldwin s’étend à l’époque contemporaine mettant en lumière les conflits raciaux qui fracturent la société américaine : haine, xénophobie et racisme. Gloria, la sœur de James Baldwin cédant ses droits à Raoul Peck a permis au réalisateur de prolonger l’oeuvre inachevé « I Am Not Your Negro » du militant noir américain.

4363833-ces-noirs-qui-voulaient-etre-blancs

Le documentaire, présenté au Festival International du Film de Toronto, explique le contexte dans lequel s’élèvent les protestations et révoltes des citoyens noirs longtemps méprisés ou ignorés dans la société américaine. De la ségrégation à l’école, dans les services publics, dans les bus, dans les trains dans la vie de tous les jours. Le film traverse le Sud des États-Unis, de 1876 à 1965 période la plus dure pour les descendants d’esclaves qui subissaient toutes formes de discriminations.

lynchage jim crow

Dans son livre, James Baldwin montre les visages de l’Amérique des années 1960, entre haine, condescendance et paternalisme. A l’instar des barbaries de l’État islamique, les Blancs, soldats de Dieu lynchaient, torturaient ou pendaient des êtres humains au nom du Christ dans de nombreux Etats du Sud. Le racisme et la religion justifiaient les pires discriminations.

alabama

Le documentaire donne l’occasion de réfléchir sur les idées progressistes engagées autour des questions raciales et des courants émergents. De 1965, dtaes des luttes pour l’égalité raciale menées par Malcom X, les marches et discours fédérateurs du pasteur Martin Luther King (mort en 1968), la poussée du nationalisme noir (Panafricanisme), le mouvement des Black Panthers et le renouveau de l’activisme noir en 2013 qui marque l’arrivée du Black Lives Matter.

20170203_023936

Le cinéaste Raoul Peck a réalisé en 1993 le documentaire « Lumumba » qui retrace la vie de l’une des figures de la guerre d’indépendance du Congo belge, Patrice Lumumba. Raoul Peck qui a été Ministre de la Culture d’Haïti est aujourd’hui Président de la Fémis (Ecole Nationale des Métiers de l’Image et du Son) à Paris.

Son documentaire « I Am Not Your Negro » est nominé dans la catégorie : Oscar du Meilleur film documentaire.

Dans la version française du documentaire « I Am Not Your Negro »,  réalisé par le cinéaste haïtien Raoul Peck , c’est Didier Morville, alias Joey Starr d’origine martiniquaise qui prête sa voix comme narrateur.

La sortie officielle du documentaire est prévue ce vendredi 3 février 2017.

Dorothée Audibert-Champenois/C’news Actus Dothy  Photo TIFF