Sept personnes interpellées après le boycott au Robert : Les politiques réagissent

Rédigé par : Melody Thomas, le
Publié dans : Actualites, Martinique
Mots clés :

Quelques jours après le boycott de l’hypermarché Euromarché au Robert, sept militants ont été interpellés ce jeudi 28 novembre dans la matinée. Ils ont été placés en garde à vue dans différentes brigades de gendarmerie de l’île. 

Lors du boycott de l’hypermarché Euromarché au Robert le week-end dernier, des échauffourées ont eu lieu entre manifestants et gendarmes. Suite à ces affrontements sept militants ont été interpellés ce jeudi matin et placés en garde à vue dans différentes brigades de gendarmerie de l’île. Des perquisitions ont également eu lieu.

Suite a ces interpellation des politiques ont réagi. Dans un communiqué publié sous la bannière du Mouvement politique Peyi-a, le député, Jean-Philipe Nilor et le maire du Prêcheur, Marcelin Nadeau, ont demandé « la libération immédiate de nos compatriotes martiniquais (…) et l’arrêt des poursuites à leur encontre . »

Dans un autre communiqué, le maire du Précheur Marcellin Nadeau demande « l’arrêt immédiat des poursuites engagées à leur encontre et appelle les autorités à ouvrir des espaces de dialogue avec l’ensemble des collectifs de militants anti-pollution au chlordécone afin de trouver les voies d’une légitime réparation de ce drame ».

Nous avons appris par la presse que des perquisitions ont eu lieu ce matin et que 7 jeunes qui seraient impliqués dans le blocage des hypermarchés ont été interpellés et placés en garde à vue dans différentes brigades de gendarmerie

Face a l’ampleur du drame sanitaire et écologique que constitue la pollution au chlordécone, nous pensons que la réponse à l’action de ces jeunes n’est pas la répression.

Nous demandons donc l’arrêt immédiat des poursuites engagées à leur encontre et appelons les autorités à ouvrir des espaces de dialogue avec l’ensemble des collectifs de militants anti-pollution au chlordécone afin de trouver les voies d’une légitime réparation de ce drame.Une réparation qui passe également par de justes sanctions à l’égard de tous les responsables de cette catastrophe
Le Maire
Marcellin NADEAU

De son côté Francis Carole, Conseiller exécutif à la CTM sort du silence dans un communiqué pour dénoncer le deux poids deux mesures  :

Des interpellations de personnes impliquées dans le blocage de grandes surfaces, dans le cadre de manifestations citoyennes, ont eu lieu ce jour, en Martinique.

Les Martiniquaises et Martiniquais engagés(ées) dans la lutte contre le scandale absolu de l’empoisonnement de notre peuple au Chloredecone peuvent diverger sur les formes de lutte à mettre en œuvre.

Par contre, on ne saurait apporter une caution de silence aux interpellations de ces militants alors qu’après plus de 20 ans de dénonciation du scandale du Chloredecone aucun des responsables de ce crime n’a été inquiété par la « justice ».
Francis CAROLE
MARTINIQUE
Jeudi 28 novembre 2019