Séquestrée, abusée et tuée dans un bureau de poste, la victime avait 19 ans

A Cape Town, une commune au sud-ouest de l’Afrique du Sud, un homme de 42 ans a été arrêté, fin août, suite à la disparition d’une jeune étudiante de 19 ans, Uyinene Mrwetyana. Lundi 2 septembre 2019, l’individu qui a reconnu avoir assassiné la jeune fille a été inculpé de viol, de meurtre et d’entraves à la Justice.

Samedi 24 août, en début d’après-midi, Uyinene Mrwetyana, une étudiante de l’Université UCT du Cap, s’est rendue au bureau de poste de Clareinch qui se situe entre un lycée et un commissariat de police, sur une route très fréquentée de la banlieue sud du Cap.

Le bureau de poste de Clareinch

Un homme derrière le comptoir lui annonce que la machine à cartes de crédit ne fonctionnait pas, l’électricité étant en panne, par conséquent il ne pourrait pas traiter le paiement de la jeune fille. L’agent lui suggère de revenir plus tard. Uyinene Mrwetyana s’exécute et revient au bureau de poste, après 14 heures.

A son arrivée, le bâtiment du gouvernement sud-africain est vide, les autres employés du bureau de poste sont tous partis. C’est la dernière fois que l’étudiante sera vue vivante.

Le lundi 2 septembre, à Wynberg, c’est dans une salle bondée, au cours d’une audience préliminaire que l’employé de la poste a avoué avoir fait entrer Uyinene Mrwetyana, avoir verrouillé la porte derrière elle, l’avoir violée, et, puisqu’elle n’arrêtait pas de crier, il l’aurait frappé avec une balance du bureau de poste. Ensuite, l’accusé a indiqué avoir mis le corps dans le coffre de sa voiture, l’avoir incendié et jeté dans le bourg de Khayelitsha, près de son lieu de résidence. Le procureur Nomnikelo Konisi, a informé que du sang avait été retrouvé à l’intérieur du bureau de poste et sur la chaussure de l’accusé lors de son arrestation, vendredi 30 août 2019. L’homme de loi a également déclaré que l’individu aurait avoué le crime et indiqué aux enquêteurs où le corps avait été caché.

Des Hommages rendus à la jeune fille, à l’endroit où elle a été assassinée

Depuis la tragédie, toute l’Afrique du Sud est choquée d’apprendre que l’étudiante en première année du cinéma et des médias, avait été tuée à la poste le jour même de sa disparition, le samedi 24 août 2019.

University of Cape Town (UCT) où étudiait Uyinene Mrwetyana

Selon les dernières statistiques de l’Organisation mondiale de la santé, le pays enregistre l’un des taux de viol les plus élevés au monde et, en matière de féminicide, de meurtre d’une femme ou d’une fille en raison de son sexe, l’Afrique du Sud occupe le quatrième rang sur un total de cent quatre-vingt-trois pays. D’après les chiffres révélés par la police sud-africaine, une femme est assassinée toutes les trois heures dans le pays.

Salle de cours de l’Université du Cap

Durant le procès, l’homme qui se tenait sur le banc des accusés, vêtu d’une veste marron, regardait autour de lui en souriant légèrement face à une assemblée et des amis inconsolables, rapporte Times Live. Le magistrat Goolam Bawa a annoncé qu’il s’opposerait à toute demande de mise en liberté sous caution. L’affaire Uyinene Mrwetyana a été reportée au 5 novembre.

Dimanche 8 septembre 2019, l’association Horizons conviait le public à une conférence-débat autour des violences faites aux femmes. Les spécificités liées aux réalités des Outre-mer étaient évoquées et analysées par différentes intervenantes dont Chantal Labonne et Viviane Rolle-Romana :

Féminicide, violence, abus, agressions, les femmes et mères sont en souffrance (C'news Actus Dothy)

OUTRE MER – FRANCE – VIOLENCES FAITES AUX FEMMES – SARCELLES : Sur cette question, l'Espagne a déjà une longueur d'avance. En France, le gouvernement s'organise pour améliorer les conditions des femmes victimes de leur conjoint. A MAYOTTE, à la RÉUNION et en POLYNÉSIEfrançaise, la violence bat un chiffre record. Reportage Dorothée Audibert-Champenois C'news Actus Dothy Muriel de Winne Lydia Ponchateau, présentatrice radio/tv Clemence Geoffroy #grenelleviolentesfaitesauxfemmes #Violenceagainstwomen PLUS D'INFOS ==> https://www.people-bokay.com/deux-antillaises-victimes-de-violence-conjugale-ont-cree-a-paris-lassociation-horizon/

Publiée par Antillesboxmail – Dothy sur Dimanche 8 septembre 2019

Dorothée Audibert-Champenois/Facebook Twitter C’news Actus Dothy –

Images Facebook News24/TimesLive