Serge Letchimy qualifie d’«actes de vandalisme» la destruction des deux statues de Victor Schoelcher en Martinique.

Rédigé par : Polly Miette, le
Publié dans : Actualites, Martinique
Mots clés : ,

Le député martiniquais Serge Letchimy condame la destruction des deux statues de Victor Schoelcher vendredi 22 mai, en Martinique, qu’il qualifie d’ « actes de vandalisme » se nourrissant du négationnisme et du révisionnisme.

« La destruction des statues de Victor Schœlcher à Fort-de-France et à Schœlcher, sont des actes de vandalisme qui portent atteinte au travail de l’homme dont on ne peut nier le rôle et la contribution dans l’abolition de l’esclavage en 1848 », déclare dans un communiqué de presse l’élu PPM.

«Cette abolition est aussi l’aboutissement de deux siècles de luttes pour la liberté, et de révoltes écrasées, d’hommes et de femmes mis en esclavage, mais également le combat d’acteurs de tous bords, en marche de l’Histoire … », reconnaît le député qui met toutefois en garde contre l’excès qui conduit au négationnisme et au révisionnisme.

Vendredi 22 mai, date d’anniversaire de la célébration du 172ème anniversaire de l’abolition de l’esclavage en Martinique, des individus dont certains masqués ont détruit, deux statues de Victor Schoelcher l’une à Fort de France en la déboulonnant et l’autre à l’entrée du bourg de la commune de Schoelcher en la fracassant à coups de masse.

« Voilà pourquoi tout acte révisionniste ou négationniste est condamnable dans ses excès, notamment à l’encontre de Victor Schœlcher, député puis sénateur de la Martinique, qui sera quasiment de toutes les luttes des Républicains jusqu’à sa mort », dénonce Serge Lecthimy.

Selon lui, « cet acte est condamnable par le trouble qu’il crée et la confusion qu’il entraîne alors que Victor Schœlcher a, par son œuvre tout au long de sa vie, été de tous les combats humanistes, et pas seulement dans sa lutte pour l’abolition de l’esclavage, mais aussi pour l’abolition de la peine de mort, l’amélioration des conditions de détention des prisonniers politiques, l’affirmation du droit des femmes et des enfants, la création de l’enseignement public, laïque et obligatoire, tout en dénonçant le cléricalisme dominant…. ».