Serge letchimy, reçu par Jean-Marc Ayrault, pour son rapport sur l’article 349 du traité de Lisbonne.

Vues : 1

Serge Letchimy a rencontré le Premier Ministre, Jean-Marc Ayrault, ce vendredi 24 mai, afin de lui rendre mon rapport sur l’article 349 du traité de Lisbonne. Cette démarche fait suite à la mission que lui avait confié le Gouvernement en Novembre 2012, qui consistait à évaluer les conditions d’application de l’article 349 du traité de Lisbonne pour les régions ultra périphériques.

Pour  rappel

Serge  Letchimy  a  été  missionné  par  le  Gouvernement  afin  d’évaluer  les  conditions  d’application  de  l’article  349  du  traité  de  Lisbonne  pour  les  régions  ultra  périphériques.  Le  traité  de  Lisbonne  ?  Traité  de  Lisbonne  sur  le  fonctionnement  de  l’Union  Européenne,  en  vigueur  depuis  le  1er  Décembre  2009.    Il  vise  à  moderniser  et  assouplir  le  fonctionnement  de  lUnion  européenne  en  modifiant  les  traités  existants  sans  les  remplacer.  Le  processus  sapparente  à  une  mise  à  jour  des  traités  de  lUnion  européenne.  Ainsi  le  traité  rénove  larchitecture  des  institutions  et  renforce  la  représentation  extérieure  de  lUnion  Européenne.

La  Martinique  et  l’Europe  ?  Rappelons  que  la  Martinique  étant  un  département  Français,  fait  partie  de  lUnion  européenne.  Les  régions  ultrapériphériques  (RUP)?  Les  RUP  représentent  un  ensemble  de  territoires  des  États  membres  très  éloignés  du  continent  européen.  L’Union  européenne  compte  à  l’heure  actuelle  neuf  régions  RUP  qui  font  partie  intégrante  de  son  territoire  :  la  Guadeloupe,  la  Guyane,  la  Martinique,  Saint-­‐Martin,  La  Réunion,  Mayotte  (ce  département  aura  droit  aux  fonds  européens  à  partir  de  2014)  (France)  ;    les  îles  Canaries  (Espagne);  les  Açores  et  Madère  (Portugal).  À  ce  titre,  elles  bénéficient  de  «mesures  spécifiques»  qui  adaptent  le  droit  communautaire  en  tenant  compte  des  caractéristiques  et  contraintes  particulières  de  chaque  région.  La  Martinique,  la  Guadeloupe,  la  Guyane  et  la  Réunion  ont  donc  décidé  à  l’initiative  de  Serge  LETCHIMY,  de  fonder  une  association  loi  1901  et  de  mettre  en  place  un  bureau  des  RUP  françaises  à  Bruxelles.

Le  bureau  assure  un  accueil  pour  les  acteurs  des  régions  concernées,  la  veille  et  linformation  sur  les  activités  et  le  suivi  renforcé  des  politiques  de  lUnion  Européennes  intéressant  les  RUP.  Il  se  situe  55  avenue  de  Tervuren  à  Bruxelles.  Les  spécificités  des  régions  ultrapériphériques  (RUP)  ?  Les  RUP  ont  besoin  d’une  reconnaissance  des  spécificités  de  chacune  d’entre  elles  par  rapport  à  l’Union  Européenne  et  qui  ont  une  incidence  sur  leur  développement  économique.      Notamment  le  traitement  conjoint  et  équitable,  toutes  politiques  confondues  et  indépendamment  du  niveau  de  développement  des  RUP  considérées.  Il  s’agit  pour  le  Député  de  la  Martinique,  Serge  Letchimy  de  faire  des  propositions  qui  rendront  optimales  les  possibilités  juridiques  offertes  par  cet  article.

2. L’article  349  du  traité  de  Lisbonne  ?  L’article   349   permet   au   Conseil   d’arrêter   des   mesures   spécifiques,   sur   proposition   de   la  Commission   et   après   consultation   du   Parlement   européen,   visant   à   adapter   certaines  dispositions   du   traité   ainsi   que   les   politiques   de   l’Union   aux   caractéristiques   et   contraintes  particulières   de   ces   régions   générées   notamment   par   leur   éloignement,   leur   insularité,   leur  climat,   leur   faible   superficie   et   leur   dépendance   économique   vis-­‐à-­‐vis   d’un   nombre   limité   de  produits.  -­‐ L’article  «  Article  349  (ex-­article  299,  paragraphe  2,  deuxième,  troisième  et  quatrième  alinéas,  TCE).

Compte   tenu   de   la   situation   économique   et   sociale   structurelle   de   la   Guadeloupe,   de   la   Guyane  française,   de   la   Martinique,   de   la   Réunion,   de   Saint-­Barthélemy,   de   Saint-­Martin,   des   Açores,   de  Madère   et   des   îles   Canaries,   qui   est   aggravée   par   leur   éloignement,   linsularité,   leur   faible  superficie,  le  relief  et  le  climat  difficiles,  leur  dépendance  économique  vis-­à-­vis  dun  petit  nombre  de  produits,  facteurs  dont  la  permanence  et  la  combinaison  nuisent  gravement  à  leur  développement,  le  Conseil,  sur  proposition  de  la  Commission  et  après  consultation  du  Parlement  européen,  arrête  des  mesures  spécifiques  visant,  en  particulier,  à  fixer  les  conditions  de  lapplication  des  traités  à  ces  régions,   y   compris   les   politiques   communes.   Lorsque   les   mesures   spécifiques   en   question   sont  adoptées  par  le  Conseil  conformément  à  une  procédure  législative  spéciale,  il  statue  également  sur  proposition  de  la  Commission  et  après  consultation  du  Parlement  européen.    Les   mesures   visées   au   premier   alinéa   portent   notamment   sur   les   politiques   douanières   et  commerciales,   la   politique   fiscale,   les   zones   franches,   les   politiques   dans   les   domaines   de  lagriculture  et  de  la  pêche,  les  conditions  dapprovisionnement  en  matières  premières  et  en  biens  de   consommation   de   première   nécessité,   les   aides   dÉtat,   et   les   conditions   daccès   aux   fonds  structurels   et   aux   programmes   horizontaux   de   lUnion.

Le   Conseil   arrête   les   mesures   visées   au  premier   alinéa   en   tenant   compte   des   caractéristiques   et   contraintes   particulières   des   régions  ultrapériphériques   sans   nuire   à   lintégrité   et   à   la   cohérence   de   lordre   juridique   de   lUnion,   y  compris  le  marché  intérieur  et  les  politiques  communes.  »  Par   courrier   du   12   novembre   2012,   le   Premier   Ministre   souligne   l’insuffisance   de   la   prise   en  compte   de   l’article   349   du   Traité   de   Fonctionnement   de   l’Union   européenne   dans   la   mise   en  œuvre  des  politiques  européennes.  Les  visites  de  Serge  Letchimy  dans  le  cadre  de  l’article  349  du  traité  de  Lisbonne  ?  Le  président  de  la  Région  Martinique  et  Député  de  la  Martinique  a  fait  plusieurs  séances  de  travail  avec  les  élus  de  la  Martinique.  Il  s’est  rendu  ensuite  à  Saint-­‐  Martin,  en  Guadeloupe,  en  Guyane,  à  la  Réunion  ainsi  qu’à  Mayotte.  «  Nous  devons  demander  à  Bruxelles  de  respecter  les  cadres  spécifiques  de  ces  pays  éloignés  »    Le  rapport  de  Serge  Letchimy,  député  et  Président  de  la  Région  Martinique  ?  Serge  LETCHIMY  a  remis  officiellement  son  rapport  au  Premier  ministre,  Jean-­‐Marc  Ayrault,  aujourd’hui,  Vendredi  24  Mai  2013  à  10h15.

Photo : sergeletchimy.tumblr.com

Source : slideshare.net/letchimy