Serge Romana en grève de la faim: «Il faut cesser d’être injuste et ne plus avoir honte!»

Vues : 2797

Place Claudel dans le sixième arrondissement à quelques pas du Jardin du Luxembourg,

20170115_143748

Des arcades, une longue banderole et des militants qui s’activent, il est 13 heures, nous sommes invités sous la fine tente du Docteur Serge Romana. Des élus, des sympathisants, des représentants d’associations, des artistes, ils sont nombreux ce dimanche 15 janvier à se rapprocher du lieu où le Président du CM98 a décidé de faire de la résistance pour mieux se faire comprendre et essayer de se faire entendre. Vous pourrez l’écouter en fin d’article.

20170115_140816

« J’en ai marre de cette injustice ! ». Le cri de révolte de Serge Romana résonne comme un ras-le bol : « ne plus avoir honte de notre passé et de tous ceux qui ont fait l’histoire des Antilles y compris toutes les victimes qui ont subi :  tortures, mépris, insultes, châtiments durant la période de l’esclavage ».

20170115_143700

A l’instar des monuments aux morts qui honorent tous ceux qui sont tombés sous les « coups » injustes de leurs adversaires, « il est temps que les Noirs, puissent honorer toutes et tous ceux qui ont souffert durant la longue période esclavagiste », c’est entre autre un extrait de l’entretien que vous entendrez en fin d’article.

20170115_140723

Serge Romana qui entame son troisième jour de grève est toujours sous le choc d’une décision qu’il qualifie d’injuste et d’intolérable. Il s’insurge contre une décision prise par un seul membre du Comité des lois au Sénat ( mardi 10 janvier 2017) de supprimer une loi attendue par le CM98 et les originaires des outre-mer : L‘article 20A de la loi égalité réelle. Il nous explique en quoi il était judicieux de voter ou de débattre de cet article plutôt que de le balayer d’une main. Avec le Comité CM98, Serge Romana « hurle » cette injustice qui, une nouvelle fois oublie l’acharnement de centaines de collaborateurs qui travaillent depuis plus de vingt ans pour la réhabilitation de « la mémoire des esclaves ».

Nous avons envoyé des messages au sénateur guadeloupéen à l’origine de l’annulation de cet article 20A, pour comprendre sa décision d’élu ultramarin . Il ne s’est toujours pas manifesté.

20170115_135725

Oui, il reconnaît que le 10 mai est la journée nationale des mémoires de la traite, de l’esclavage et de leurs abolitions. Mais cette loi du 10 mai 2001, insiste le Président du Comité Marche du 23 Mai 1998 (CM98), n’est pas commémorée comme elle le devrait. D’une part le 10 mai est une célébration qui se fait en métropole (donc pour les descendants d’esclaves qui vivent en métropole) et d’autre part, elle ne permet pas aux petits-fils et petites-filles d’esclaves d’honorer la mémoire de leurs ancêtres. Ce sont ces points qui enrichissaient l’article 20A de la loi égalité réelle outre-mer. Les « survivants » ont besoin de voir inscrits sur la pierre, les noms de leurs ancêtres, martèle le responsable du CM98.

20170115_143545

Annuler cet amendement censé apaiser les tensions, effacer cet amendement qui avait pour but de restituer la dignité des victimes malheureuses de l’esclavage, « c’est insupportable » pour Serge Romana. Son message, il l’adresse aux membres de son Comité CM 98, à la population antillaise et métropolitaine, aux élus de métropole ou des outre-mer. Ce combat, c’est le prolongement de la marche de 1998 où 40 000 personnes ont défilé silencieusement à Paris et, il en est encore fier.

20170115_143153

Serge Romana n’est « ni désespéré », ni fou et malgré cette décision de mener jusqu’au bout sa grève de la faim, le militant a promis de respecter les consignes de prudence du médecin-nutritionniste qui le suit. Depuis vendredi 19heures, Marie-Antoinette Séjean le visite avec beaucoup d’intérêt. Le guadeloupéen qui est hypertendu a besoin de soins et d’assistance.

20170115_143857

A 14 heures ce dimanche 15 janvier, le médecin-nutritionniste a déclaré « qu’il était nécessaire que le militant guadeloupéen poursuive sa grève dans un endroit sec pendant la nuit ». De 8 heures à minuit, Serge Romana ne quitte pas sa tente placée sous les arcades de la place Claudel dans le sixième arrondissement de Paris. Sa masse corporelle a déjà diminué, « normal « pense la nutritionniste, Serge Romana qui ne mange plus, a perdu 2 kilos durant ces deux derniers jours.

20170115_143832
Même s’il reconnaît une baisse de sa « tension », Serge Romana se dit décidé à « aller jusqu’au bout » de sa démarche qui précise-t-il « est individuelle ».

20170115_144704

Tout au long de l’après-midi sont venus manifester leur soutien : La première adjointe au maire de Saint-Denis, Mme Jacklin Pavilla, le chanteur Tony Chasseur, le maire adjoint de la ville de Grigny, Pascal Troadec, des amis  d’africains du CM98 et de nombreux ultramarins et proches de Serge Romana.

20170115_143448

Une conférence de presse a eu lieu à 17 heures réunissant de nombreuses personnes autour du Président du CM98.

20170115_143611

Assisté de Marie-Antoinette Séjean, son médecin-conseil, Serge Romana nous accorde quelques instants :

20170115_140853

Il nous explique comment l’article 20A a été supprimé ce mardi 10 janvier 2017 au Sénat. Serge Romana nous dit en quoi cet article était une avancée dans la lutte des combattants du CM98 (Blancs et Noirs) et pourquoi l’annulation est intolérable, selon lui. Une annulation qui fait fi du travail de centaines de collaborateurs et chercheurs qui travaillent au sein du CM98 pour la réhabilitation de la mémoire des esclaves morts dans les plantations des propriètaires esclavagistes ( Ecoutez Serge Romana) :

Reportage Dorothée Audibert-Champenois/Facebook C’news Actus Dothy
Photos C’news Actus Dothy