Social Martinique : Le travail reprend à la Colas, la grève est terminée

Rédigé par : Hugo Paterne, le
Publié dans : Actualites, Martinique
Mots clés :

L’activité reprend à la Colas lundi 22 février 2021. Un accord a été trouvé entre syndicats et direction un peu après 21 heures jeudi soir 18 février. Aucun salarié ne sera licencié.

La rencontre s’est faite dans une salle de réunion de la DIECCTE Direction des Entreprises, Concurrence, Consommation, Travail, et Emploi, mise à disposition des deux parties. Les syndicats et les dirigeants de la Colas ont pu signer un accord qui met fin à un conflit de trois semaines. L’entreprise fait et entretient les chaussées.

En grève depuis hier, les salariés de l’entreprise Colas, spécialisée dans la construction et la maintenance des routes, ont mené une opération molokoï au niveau de l’Etang Z’abricot à Fort-de-France ce matin mardi 26 janvier.

Depuis le premier décembre 2020, les salariés soutenus par la CFDT et la CSTM se mobilisent régulièrement pour dénoncer le plan social décidé par leur direction. 28 salariés sur les 74 que compte l’entreprise auraient pu perdre leur emploi. Ils sont passés à la vitesse supérieure les dernières semaines en organisant des opérations molokoï sur la route.

Dans un communiqué, le Secrétaire Général de l’UIRM/CFDT , Eric Picot explique :

« Les représentants des personnels qui n’entendaient pas à juste titre qu’il y ait des licenciements au sein de cette importante structure du BTP, se sont opposés à la Direction de la COLAS en émettant des propositions sérieuses qui ont permis de contrer celles des dirigeants.
Il a été question :

• D’un plan de départ volontaire.
• D’un plan de reclassement externe et d’affectations sur d’autres entités du groupe ;
• D’un accord de mission sur la durée du projet BHNS à Cayenne, notamment des chefs de chantier et chefs d’équipes de l’activité VRD.
• Un partage équitable des jours de grève a pu être trouvé.

Toutes les propositions émises permettent l’annulation des licenciements
évoqués par la Direction et donc une signature de protocole qui convient pleinement à l’ensemble des salariés mobilisés.

Dès la matinée du 20 février les personnels ont prévu la remise en état de la structure de telle sorte que le travail reprenne effectivement le 22 février. »