Taxis collectifs : cinq passagers au lieu de huit, port du masque et gants obligatoires

Rédigé par : Polly Miette, le
Publié dans : Actualites, Martinique
Mots clés :

Les traditionnels taxis collectifs, en Martinique, n’échappent pas aux mesures barrières destinées à lutter contre la propagation du Covid-19. Limités à cinq au lieu de huit habituellement, les passagers doivent obligatoirement porter masques et gants.

Comme toutes les autres activités de l’île, à l’exception des restaurants, bars et hôtels, les taxis collectifs ont repris du service ce lundi matin, après presque deux mois de confinement.
Des mesures sanitaires drastiques ont été mises en place, même s’il en coûte aux chauffeurs dont la plupart sont à leur compte.

Pour autant pas question de faire l’impasse sur les mesures de sécurité.
« Nous reprenons à partir de lundi, les chauffeurs auront leur masque, leurs gants, leur gel hydroalcoolique, leur bidon d’eau et leur savon », assure au journal France-Antilles, Richard Marie-Reine, responsable de l’Union syndicale des entrepreneurs de transports (Uset).

Chaque véhicule devra être désinfecté par le chauffeur à son arrivée au terminus. Une distance
d’un mètre au moins devra être respectée entre chaque passager. Désormais, il n’y aura plus qu’un seul passager sur le siège à côté du chauffeur au lieu de deux auparavant.
A l’arrière, deux passagers prendront place, au lieu de trois habituellement. Idem pour le siège du fond.

« En tant que responsable du syndicat, j’ai dit aux chauffeurs qu’ils doivent refuser les passagers qui n’ont pas leur masque et leurs gants car, oui, nous travaillons mais ce n’est pas sans risques pour notre santé », prévient le
responsable.

Moins de passagers transportés signifie pour ces chauffeurs un manque à gagner, fait-il observer.. « Ça va être difficile pour nous d’autant qu’on sort de deux mois sans activité, personne ne nous aide », prédit-il.