Tensions entre militants Rouge Vert Noir et des touristes au Prêcheur : Le maire réagit

Rédigé par : Hugo Paterne, le
Publié dans : Actualites, Martinique
Mots clés :

Frictions entre campeurs Rouge Vert Noir et un groupe de touristes au Prêcheur. Le maire réagit : « d’accord avec le fond mais pas la forme ».

L’action se situe à l’Anse Couleuvre au Prêcheur dimanche 3 janvier. Le ton est monté fortement ce jour là entre un groupe de militants Rouge Vert Noir qui campaient et des touristes. Ces derniers rapportent que leurs sacs ont été jetés dans la mer. Aussitôt informé par la gendarmerie notamment, le maire de la commune s’est aussitôt rendu sur place, accompagné d’élus et de collaborateurs.

Voici ce que rapporte Marcellin Nadeau dans un communiqué.

« Nous avons pu mesurer l’état d’esprit des touristes qui ne semblaient pas particulièrement inquiets, et discuter avec les campeurs. Selon eux, ils souhaitaient manifester leur opposition aux mesures préfectorales et gouvernementales. En effet, ils soulignaient l’iniquité des mesures favorisant l’entrée massive des touristes européens, d’une part et les restrictions des libertés imposées aux personnes vivant en Martinique, d’autre part ».

Et le maire du Prêcheur a livré son analyse.

« Si nous sommes en phase avec le fond du problème posé, compte tenu des incohérences de telles mesures et le déficit de concertation avec les martiniquais et singulièrement les élus, nous déplorons néanmoins la forme qu’a pu prendre cette action.

En effet,

1 – Nous refusons toute forme de privatisation du littoral d’où qu’elle vienne.

2 – Nous récusons le principe d’ethnicisation de l’accès aux biens communs de l’humanité comme la mer et le littoral.
3 – Le camping sauvage nous paraissant préjudiciable à la préservation du patrimoine naturel est interdit sur tout le littoral préchotain.

Toutefois, nous avons pu constater parallèlement ce week-end, la présence irrégulière d’autres campeurs occupant en toute impunité d’autres portions du littoral préchotain, ne se revendiquant d’aucune appartenance philosophique ou idéologique.

A l’instar des gendarmes, nous avons privilégié le dialogue, comme à notre habitude, afin d’éviter tout dérapage qui porterait atteinte à la dignité des personnes et à leur intégrité physique.

Nous tenons à exprimer le refus de toute forme de stigmatisation de notre commune, tout en rappelant l’hospitalité légendaire de la population préchotine et les nombreux atouts qu’offrent nos sites naturels dans l’intérêt d’un développement touristique durable de la Martinique.

En effet, nous sommes, par ailleurs, persuadés que les conséquences de toute action répressive seraient de nature à ternir l’image non seulement du Prêcheur, mais de la Martinique entière ».