Tentative de meurtre sur une jeune femme enceinte, l’Union des Femmes se dit horrifiée !

Vues : 1450

Jeudi 12 janvier, fin de journée, il est environ 18 heures, une violente déflagration alerte les riverains de la mairie de Sainte-Marie. D’après les premiers éléments, un homme tire sur son ex-compagne âgé de 19 ans avec un fusil de chasse et l’atteint à la cuisse.

La future maman saigne énormément.

Après son geste, le tireur présumé embarque la malheureuse de force dans un camion et démarre.

Entretemps, les forces de l’ordre déploient d’énormes moyens sur le terrain et en l’air puisqu’ils sont appuyés par un hélicoptère.

L’homme en fuite est repéré deux heures plus tard au Lamentin sur le parking de l’hopital Mangot Vulcin.

La victime mal en point a été immédiatement admise à l’hôpital. Les gendarmes ont arrêté l’auteur des faits et l’ont placé en garde à vue à la gendarmerie du Lamentin. Comment expliquer ce geste malheureux ?

Les proches de la jeune fille expliquent qu’elle avait préféré rompre car des divergences étaient apparues au sein du couple.

Une enquête a été ouverte pour enlèvement, séquestration et tentative de meurtre.

Dans un communiqué, l’Union des Femmes a réagit :

Les violences envers les femmes, encore et toujours …

L’actualité de cette semaine nous montre, s’il en était encore besoin, combien les violences envers les femmes sont toujours hélas bien présentes dans notre pays :

– 5 affaires de viol sur 6 affaires jugées à la première session 2017 des Assises

– Viol de 2 jeunes filles mineures

– Tentative de meurtre sur une jeune femme enceinte qui serait par son ex-compagnon

– Témoignage d’une jeune femme ayant fait des tentatives de suicide à la suite de multiples viols et agressions sexuelles relaté, qui nous glace d’horreur

La fréquentation de l’Espace d’Ecoute, d’Information et d’Accompagnement de l’UFM l’atteste aussi, avec environ 450 nouvelles femmes qui viennent chaque année nous dire leur souffrance, et une fréquentation (appels et venues sur place) d’environ 5 500.

Et nous voyons bien que cette violence peut mener jusqu’à des conséquences très graves pour les victimes, jusqu’à la mort.

Dénoncer et s’insurger contre cela ne sert pas à grand-chose si on ne pose pas des actes concrets.

Ce phénomène, reflet extrême du sexisme de notre société, ne pourra s’enrayer que si chacune et chacun se sent concerné dans ses propres actes : ses propos, ses attitudes, sa dénonciation du sexisme dans les publicités, les films, les chansons, les clips … sa façon d’éduquer les jeunes, de sensibiliser, dans sa famille, mais aussi par des actions de prévention de façon collective dans son association de quartier, son club sportif, son entreprise, et dans les politiques des collectivités.

C’est encore une fois sur cela que L’UM interpelle chacune et chacun, et à cela que l’UFM s’attelle depuis de nombreuses années, avec d’autres.

L’Union des Femmes de la Martinique appelle et est prête à répondre à des partenariats avec toutes celles et ceux qui voudront y contribuer.

Déborah Jean-Louis