Tenue en joue, menottée, arrêtée, elle a 11 ans, la police la confond avec sa tante blanche

Vues : 4804

Une jeune fille du Michigan a été détenue sous la menace d’une arme à feu puis mise en état d’arrestation par des flics qui l’ont confondue avec sa tante blanche. La tante de l’enfant étant recherchée par les policiers de Grand Rapids pour tentative de meurtre.

Dans une vidéo, le chef de la police David Rahinsky (à gauche) a déclaré mardi après-midi que les cris apeurés de l’enfant témoignent d’actions inappropriées des policiers,  jettent le discrédit sur les agents de police et montrent de quelles manières sont traitées les gens de cette communauté.

La scène se passe le 6 décembre à Grand Rapids, une ville du Midwest située dans l’État du Michigan aux États-Unis.

Une vidéo de Bodycam diffusée lors de la conférence de presse de mardi 12 décembre fait état d’agents à la recherche de Carrie Manning, la tante de la petite Honestie.

Dans le film, alors qu’elle est devant la maison de ses parents, on peut voir les agents lui dire de marcher en arrière les mains en l’air. Honestie Hodges, 11 ans, hurlant sauvagement et effrayée, est d’abord tenue en joue par des policiers, menottée devant chez elle et poussée dans la voiture des agents.

C’est à la chaîne WOOD-TV que la jeune fille a raconté son histoire traumatisante.

Selon les autorités, les agents fautifs recherchaient un suspect en train de poignarder une femme dans le nord-ouest de la ville. La police recherchait la tante d’Honestie, une femme blanche qui était accusée d’avoir poignardé sa petite sœur à quelques pâtés de maisons. L’agresseuse, Carrie Manning était décrite comme une femme blanche, âgée de 40 ans. Quand les policiers se sont rendus dans la maison où la jeune Honestie Hodges et sa mère vivent, ils ont arrêté une enfant à la peau noire et âgée de 11 ans.

« Les cris de la fillette de 11 ans, vous vont droit au coeur », a déclaré le chef de la police David Rahinsky, après qu’une partie de la vidéo ait été diffusée. « Vous entendez la mère crier depuis les marches,» C’est mon enfant! « C’est l’enfant de notre communauté. C’est quelqu’un qui vit à Grand Rapids. C’est une jeune personne qui devrait se sentir en sécurité en courant vers un officier. »

« Cela m’a fait peur et ça m’a fait penser que j’avais fait quelque chose de mal », explique Honestie Hodges à WOOD-TV. Choquée, l’enfant décrit sa tristesse : « Quand je voyais ma mère, je passais les mains entre les petits barreaux en frappant aux fenêtres et en hurlant : S’il te plait, ne les laisse pas m’emmener. « Je voulais être détective ou policier, mais maintenant je ne veux rien avoir à faire avec ce genre de métier. »

Une enquête interne a été ouverte.

Dorothée Audibert-Champenois/Facebook Twitter C’news Actus Dothy
ImagesCapture d’écran vidéo


1 commentaires :

  1. Kotwell

    Une belle bande d’incapable. On les envoie arrêté une femme blanche de 40 ans et ils arrêtent une jeune fille noire de 11 ans…

Les commentaires sont fermés