Texas : Des policiers à cheval conduisent un homme noir avec une corde dans les rues de Galveston

« Offensant, inutile et raciste », cette photo qui a fait le tour des réseaux sociaux aux Etats-Unis, a suscité indignation, stupéfaction et déclenché une série de condamnations. Le département de police de Galveston au Texas a présenté ses excuses à Donald Neely pour cet incident qualifié de « Offensant, inutile et raciste ».

Samedi 3 août 2019, Donald Neely 43 ans, a été arrêté pour intrusion près d’une propriété privée à Galveston, où il avait été surpris à plusieurs reprises. Mais au lieu d’attendre qu’un véhicule de transport le ramène dans une zone où étaient mobilisés d’autres agents, deux patrouilleurs blancs, à cheval, ont attaché une corde à ses mains et l’ont fait marcher derrière leurs chevaux.

Un passant a photographié la scène et publié les images qui sont devenus virales, provoquant une réaction généralisée contre le département de police de Galveston.

« Nous sommes en 2019 et non en 1819 », a déclaré James Matthew Douglas, président de la section NAACP* de Houston (Association nationale pour l’avancement des gens de couleur). James M. Douglas, s’est dit heureux que l’incident ait changé la procédure d’arrestation de la police.

Vernon Hale, le chef de la police de Galveston a déclaré ce lundi 5 août : « Avant tout, je dois m’excuser auprès de Monsieur Neely pour cet embarras inutile.» Bien qu’il s’agisse d’une technique utilisée dans certains cas, je pense que nos officier (P. Brosch et A. Smith), auraient pu attendre des renforts (un véhicule de police) sur le lieu de l’arrestation ».

Le président de la Coalition pour la justice à Galveston, Leon Phillips, a déclaré au quotidien Houston Chronicle, que l’image de Donald Neely et des officiers le tirant par une corde attachée aux deux mains, rappelait des images racistes des années vingt. « Tout ce que je sais, c’est que c’est deux policiers blancs à cheval avec un homme noir qui marche dans la rue avec une corde attachée aux mains, n’a aucun sens. »

Christin Neely, la belle-soeur de Donald a rapporté aux médias américains, qu’il était « sans abri et malade mental ». Elle a également reproché à la police de le traiter comme « un animal défilant dans la rue et tiré par deux idiots incompétents! »

« Nous comprenons la perception négative de cette action et pensons qu’il est plus approprié de cesser d’utiliser cette technique », a écrit le chef du département de la police de Galveston dans un post publié lundi soir sur la page Facebook de la police. La police a également tenu à préciser que les deux agents n’avaient aucune «intention malveillante». Selon les autorités, après son arrestation, « les officiers voulaient raccompagner Donald Neely au commissariat  sans descendre de cheval. »

On ne sait pas si les deux agents ont fait l’objet de mesures disciplinaires.

Donald Neely a depuis été libéré sous caution.

* NAACP : National Association for the Advancement of Colored People

Dorothée Audibert-Champenois/Facebook Twitter C’news Actus Dothy
ImagesAdrienne Ball’s Facebook.