Les Gilets jaunes en marche vers l’Elysée pour l’Acte IV

Vues : 1131

En marge de la 17ème journée de mobilisation des « Gilets jaunes » (dans toute la France), ce sont les ambulanciers et les lycéens qui se font entendre aujourd’hui à Paris. Ce lundi 3 décembre, dès cinq heures trente, des centaines de véhicules bloquaient le pont de la Concorde.

Dans le même temps, dans la capitale, le bilan des scènes violentes, chiffraient les dégâts à plus de 3 millions d’Euros. Sur 363 gardes à vue ce week-end, 139 suspects majeurs, 57 personnes sont jugées en comparution immédiate devant le tribunal correctionnel de Paris. Elles risquent entre 3 et 7 ans de peine d’emprisonnement.

Mais la colère enfle et reste intacte devant le mutisme du Président de la République, rentré dimanche d’Argentine du G20 2018. Une rencontre annuelle qui réunit des ministres, des chefs d’Etat et des responsables financiers de la planète.

Dimanche matin, après avoir constaté les dégâts causés lors de la manifestation et salué le courage des Forces de l’ordre, Emmanuel Macron a provoqué une réunion exceptionnelle et ordonné à son Premier ministre d’organiser une rencontre avec les différents chefs des Partis d’opposition, pour ce lundi 3 décembre 2018.

Une décision qui n’a en rien freiné la colère des « Gilets Jaunes », lesquels demandent entre autres la démission du chef de l’Etat : « Il doit partir pour rendre la paix à la France » explique sur la chaîne BFM TV, un porte-parole des « Gilets jaunes », un artisan, jardinier, paysagiste. « Avec son arrogance, il défie la France. Il (Emmanuel Macron) va finir comme Kennedy ! » rapporte l’intervenant, des mots graves entendus dans la foule.

Les policiers sont usés, ils sont fatigués, souligne Benoit Barret, secrétaire Adjoint D’alliance Police Nationale. Au nom de la profession, il évoque à la télévision, le « Droit de Retrait » des policiers : « Nous sommes à un point de rupture, les collègues sont usés ».

Très inquiets sont les « Gilets jaunes », tels le toulousain Benjamin Cauchy, qui devaient être reçus à l’Elysées comme certains élus de LRM, ils ont tous reçu des menaces de morts via les réseaux sociaux. Jacline Mouraud de Bourgogne dit avoir déposé « six plaintes ».

« Paris Insurrection », « Tous à l’Elysée », les rendez-vous sont donnés pour l’Acte 4. Les pages Facebook annoncent les prochaines manifestations pour samedi 8 décembre prochain. Entre 10 000 et 50 000 personnes sont intéressées à cet appel « Rassemblons tout le peuple français sur la place de l’Etoile afin de prendre en compte nos revendications ».

Samedi, selon  le préfet de police Michel Delpuech, l’Arc de Triomphe a été tagué et saccagé, les magasins pillés, des voitures incendiées, des grilles du jardin des tuileries arrachées. Pour la maire de Paris « Il n’est pas possible d’avoir pendant des semaines et des semaines ces scènes d’émeutes et de dégradations ». Anne Hidalgo va demander au premier ministre, Édouard Philippe, des garanties pour «maîtriser les casseurs qui entachent et décrédibilisent les mouvements sociaux depuis trop longtemps ».

Ce lundi matin, une femme blessée par une grenade lacrymogène (en marge des incidents samedi à Marseille) est décédée. C’est le quatrième mort depuis le début de la mobilisation des « Gilets jaunes ». Un homme a été grièvement blessé à la mâchoire et un « Gilet Jaune » a eu la main arrachée à Tours pendant la manifestation qui regroupait 1 300 personnes. Toujours à Tours, attaqués à l’acide, 15 policiers ont été blessés, selon la préfecture.

Dorothée Audibert-Champenois/Facebook Twitter C’news Actus Dothy
Images Capture d’écran C’news Actus d’Ecran