« Tout le monde ne rentrera pas à l’école au même moment » précise Jean-Michel Blanquer

Mis en ligne par admin, le
Publié dans : Actualites, France, Guadeloupe, Guyane, Martinique
Mots clés :

« Tout le monde ne rentrera pas à l’école au même moment », a précisé ce mardi 14 avril, Jean-Michel Blanquer, au lendemain de l’allocution du Président de la République.

Emmanuel Macron avait annoncé lundi que «les crèches, écoles, collèges et lycées rouvriraient « progressivement » à partir du 11 mai, sans donner de détails.

Le ministre de l’Éducation nationale et de la Jeunesse qui s’exprimait aux «4 Vérités » de France 2, a confirmé qu’il s’agissait d’un retour « progressif » des élèves dans les écoles, collèges et lycées.

« Tout le monde ne rentrera pas au même moment, c’est déjà certain », a assuré le ministre, soulignant toutefois que les modalités de cette reprise seraient décidées dans les quinze prochains jours.

« Quand on parle de retour progressif, cela implique forcément que l’on n’aura pas les mêmes âges qui rentreront au même moment à l’école », a-t-il dit.

Il n’a pas exclut que les lycées professionnels soient les premiers à reprendre le chemin des cours. Idem pour une prise en charge «en priorité » des élèves en difficultés. « Chaque enfant est renvoyé à son contexte familial, ce qui creuse terriblement les inégalités », a fait remarquer Jean-Michel Blanquer.

Le ministre a également mis l’accent sur la nécessité de revoir la façon de travailler avec les élèves, plaidant pour un travail « très personnalisé » par « petits groupes ».

« Personne ne peut imaginer » que l’organisation de l’enseignement se passera « comme avant », a-il dit, ajoutant «on ne peut imaginer que des petits groupes ».

Le ministre a mis par exemple l’accent sur les classes maternelles où il est plus difficile de faire respecter les mesures barrières. « Il est hors de question d’avoir des classes bondées dans cette situation », a-t-il prévenu.

Plaidant pour une « charge moins importante », un travail pédagogique « très personnalisé », il n’a pas exclu un allègement des programmes, si cela était nécessaire.

Mais, la reprise des cours sera précédée d’une « première étape » qui consistera à «nettoyer les locaux », a expliqué le ministre qui n’exclut pas que des masques soient distribués aux élèves et aux enseignants.

C’est « fort possible », s’est-il contenté de dire, promettant que que l’Education nationale contactera « toutes les familles en amont du 11 mai ».