Trafic passagers : – 31% en janvier en Guadeloupe sur une année

Rédigé par : Kayleen Jude, le
Publié dans : Actualites, Guadeloupe
Mots clés :

Au mois de janvier, l’aéroport Pôle Caraïbes a accueilli 166 639 passagers contre 243 103 l’an passé à la même période, soit une baisse de 31%. Le trafic vers la Martinique et la Guyane est en recul de 40%, logiquement impacté par la situation sanitaire.

« Le trafic passager reste significativement en deçà de son niveau avant covid » analysent les dirigeants de la plateforme aéroportuaire de Guadeloupe.

Toutefois, ils se veulent optimistes car jusqu’au retour des motifs impérieux, début février 2021, le trafic passager a connu une embellie.

Il s’est redressé temporairement, atteignant près de 70% de son niveau d’avant la pandémie, soulignant l’attrait de l’archipel guadeloupéen.

– 15% du trafic vers l’hexagone

La levée du confinement en France hexagonal et en Martinique à la mi-décembre a permis un rebond du trafic au mois de janvier 2021.

Il est encore inférieur de 15% au niveau observé l’an passé, avec un peu plus de 130 000 passagers contre près de 155 000 en 2020.

« Cela laisse présager d’une tendance que l’on souhaite voir se concrétiser dès la crise sanitaire passée et les restrictions levées ».

– 66% sur le réseau régional

Le trafic vers les Iles du Nord est en baisse de – 16%, avec 10 000 passagers contre 12 000, l’an passé à la même période, « mais avec des disparités ».

En effet, le trafic vers Saint Barthélémy, soumise à moins de restrictions, est la seule à connaitre une croissance, avec + 10% de passagers supplémentaires.

Quant à la Martinique et la Guyane, le trafic reste en recul de -40% : 21 200 passagers transportés contre 35 200 l’an passé.
Vers l’Amérique du Nord et la Caraïbe, le trafic reste au point mort

Les fréquentations des lignes est nulle, en raison des fermetures de frontières des pays concernés, toujours en vigueur en décembre 2020.

Fin janvier, le trafic est toujours quasiment inexistant vers ces destinations. Il est difficile d’envisager une date de reprise des liaisons.

« C’est une perte de plus de 21 000 passagers, générant, ainsi, près du tiers de la baisse de trafic soit près de 10% sur les 31% de baisse globale du trafic ».