Triple homicide au Paparazzi : Serge Letchimy réagit

Vues : 7265

Communiqué Région Martinique :

La mort d’un être humain est un drame dont le premier acte qu’on lui doit est le respect
Le drame du « paparazzi » c’est la douleur des familles, des proches et des amis, des vies à tout jamais éteintes. J’ai donc une pensée profonde et une douleur pour toutes ces familles. J’ai aussi une pensée pour la famille de l’auteur présumé des faits car en de telles circonstances la douleur ne peut-être que partagée.

Je renouvelle mes sincères condoléances aux familles de toutes ces victimes.
D’une façon générale, ces meurtres, qui nous renvoient aux questions graves de la détention d’armes à feu et de l’insécurité en général, sont inacceptables.

Je comprends, parce que je le partage, l’émoi soulevé par ce triple homicide. Il en va de l’ordre public, de la sécurité des Martiniquaises et des Martiniquais et de l’économie, que de tels drames ne puissent survenir.
Ce sujet est bien trop grave, ces conséquences bien trop douloureuses, pour qu’il fasse l’objet de spéculations et d’instrumentalisation.
Ce qu’attendent les familles de victimes, c’est d’abord et avant tout de la dignité et, ensuite, tous les efforts nécessaires pour parvenir au plus vite à la manifestation de la vérité. C’est aussi ce que veulent les Martiniquaises et les Martiniquais qui ne supportent pas que la criminalité s’installe dans notre pays que nous souhaitons tous paisible.

Il y a une indécence innommable, dans l’usage, y compris électoral, que d’aucuns veulent faire de ce drame.

Il est vrai que plus d’un a été surpris de certains propos du procureur de la République qui, étonnamment, expose une préoccupation sur les conditions d’embauche et de rémunération des personnes mises en cause, comme si ces éléments pouvaient avoir plus d’importance que de faire la lumière sur les circonstances de ces meurtres.
Cette déclaration du procureur est incompréhensible, et nourrit la suspicion et les tentatives d’instrumentalisation.

En effet cette déclaration semble méconnaître et occulter le principe de libre administration des collectivités. En affirmant qu’il fera procéder à ces vérifications, le procureur jette sur les collectivités une suspicion qui n’est fondée sur aucun indice d’infraction. Nous avions un peu perdu l’habitude d’intervention de la Justice en pleine campagne électorale pour fournir des arguments à une partie en compétition.

Ce genre d’affaires suscite toujours des commentaires et des rumeurs. Nous sommes en droit, élus et citoyens, d’attendre la plus grande rigueur de ceux qui représentent nos institutions, et notamment l’institution judiciaire; à défaut d’espérer de la décence de la part d’adversaires politiques qui font, imprudemment, feu de tous bois.

Pour ma part, j’ai une trop haute idée de la Politique pour alimenter les rumeurs, quelles qu’elles soient et qui elles peuvent viser.
Je continue à penser que la Politique doit, pour inspirer confiance, être claire et constante. C’est pour cela que je veille à rester fidèle à mes engagements et à mes prises de position. Je suis persuadé que les Martiniquaises et les Martiniquais y voient, à bon droit, une marque de respect à leur égard.
C’est par la fidélité à ses principes, à son parcours et à son action que tout élu peut mériter et conserver la confiance des électeurs.

sources : epmn-martinique-fr