Trois nouveaux blessés par arme à feu en Martinique : Police et citoyens sont remontés contre les autorités

Rédigé par : Melody Thomas, le
Publié dans : Actualites, Martinique
Mots clés :

Trois nouvelles personnes ont été blessées par arme à feu en Martinique dans la nuit de mardi à mercredi. Les faits se sont déroulés au Marin et au Vauclin. Il s’agit de trois jeunes d’une vingtaine d’années.

Suite à cette nouvelle scène de violence par arme a feu sur l’île, syndicats de police et citoyens sont remontés contre les autorités. « Tous les deux jours il y a des blessés par arme à feu en Martinique, c’est très grave. Que fait le préfet ? » s’insurge un policier.

Le préfet dit qu’il soutient les forces de l’ordre mais ce n’est pas avec son soutien que les interventions vont se faire. Il manque cruellement de moyens humains, le parc automobile de la police laisse à désirer. Plus de la moitié des véhicules sont immobilisés au garage par manque de moyens. Les patrouilles se font dans des conditions inhumaines, pas de climatisation, pas de contrôle technique etc … des véhicules que nous devrions immobiliser pour notre sécurité alors que les citoyens sont verbalisés quand ils circulent avec des véhicules comme ceux que l’administration fournissent aux fonctionnaires. C’est une honte ! Les renforts sont attendus avec impatience, les heures supplémentaires se multiplient et ainsi que les blessés parmi les fonctionnaires. Voilà le mal-être de la police aujourd’hui et la montée en puissance des infractions et utilisation des armes à feu et de gros calibres.

Une marche sera organisée le samedi 17 août prochain à Fort de France « contre les armes et la violence gratuite« . Une mobilisation à l’initiative du Collectif Volga Plage.

Composé de citoyens martiniquais, ils ont lancé en juillet dernier une pétition à l’attention d’Edouard Philippe, le premier ministre, « pour rétablir et garantir un droit réel, effectif et durable, à la sécurité publique dans nos quartiers auprès de nos enfants, auprès de nos parents, pour notre quotidien, pour notre avenir » écrivent-il.

Nos interrogations de Citoyens des Quartiers
« Combien de morts nouveaux faudra-t-il sur la liste des meurtres dans les quartiers pour agir avec courage et efficacité ? »
« Comment accepter, impuissants, résignés, cette situation qui fait de nos quartiers les théâtres sanglants de trafics en tous genres et les cimetières pour nos propres enfants ? »

« Comment conserver dans la République nos quartiers, nos valeurs et nos âmes quand la colère et l’écœurement attirent les réactions les plus excédées et les plus extrêmes ? »

Depuis plusieurs mois, conscients de la montée des violences, différents acteurs et opérateurs des quartiers se sont réunis en assemblée locale le 29 mai dernier et ont interpellé formellement les autorités locales et le Préfet de la Martinique.

Malgré cela, les réponses tardent à venir les moyens restent complètement dérisoires. Les exactions continuent, le carnage se poursuit.

Nous le disons à regret mais solennellement : les autorités ne comprennent pas la gravité de la situation et la nécessité de déployer des mesures exceptionnelles pour un retour de la sécurité sur l’île …

Pour l’instant la pétition a obtenu seulement 280 signatures. Si vous souhaitez signer la pétition cliquez ici