Un cambrioleur laisse sa casquette sur le balcon d’une victime, il est arrêté un an plus tard

Le 20 Août 2018 dans la soirée, le Centre d’Information et de commandement recevait un appel 17 d’un requérant signalant un cambrioleur en action sur un balcon de son immeuble foyalais. Cette personne fournissait aux opérateurs du CIC un signalement physique très précis du voleur.

Une patrouille de la BAC était dépêchée sur place. Elle procédait à l’interpellation d’un individu correspondant au signalement.

Placé en garde à vue, le jeune homme reconnaissait avoir tenté de pénétrer à l’intérieur d’un appartement, dans le but de commettre un cambriolage. Son action s’était arrêtée lorsqu’il avait entendu les cris d’une personne qui donnait l’alerte. Il avait alors préféré prendre la fuite.
Les enquêteurs entendaient aussi le mis en cause dans une autre affaire avec un mode d’opérer similaire.

En avril 2017 à Fort de France, le même individu avait laissé une casquette sur le balcon d’une victime. Il admettait avoir à l’époque dégradé une porte et un rideau métallique pour pénétrer dans un appartement et s’emparer de bijoux, d’ordinateurs, et d’une somme d’agent.
Son ADN avait été relevé et permettait de le confondre et de lui attribuer ce cambriolage.
L’auteur des deux cambriolages était déféré devant le procureur de la République. Il était condamné lors de sa comparution immédiate devant le Tribunal Correctionnel.

Dans cette affaire il est à noter le comportement citoyen de la personne qui a donné l’alerte ? Son action a permis d’arrêter le cambrioleur avant qu’il ne passe à nouveau à l’acte.