Un comédien explose les portes vitrées de Tropiques Atrium avec son pick up


Publié dans : Actualites, Martinique
Mots clés :
Vues : 6105

Un comédien et metteur en scène martiniquais a foncé dans les portes vitrées de Tropiques Atrium avec son pick up ce lundi 13 février aux environs de 14 heures.

Hervé Deluge, bien connu du milieu artistique de l’île, aurait agressé le directeur du centre culturel Hassane Kouyaté auparavant à propos de l’un de ses projets encore en cours d’instruction.

Le véhicule s’est retrouvé carrément dans le hall d’entrée de Tropiques Atrium. Aucun blessé n’est à déplorer.

La police s’est rendue sur place. Une réunion de crise avec le personnel est en cours.

Rachel d’Auvergne / Photo : DR


4 commentaires :

  1. FIER d'être MARTINIQUAIS

    INI RAISON DE FAIRE CA !

    LASS FÈ MOUN CHIE EPI ENLO ATTEND POU AYEN ! EN DOSSIER KI KA FINI FÈ LA POUSSIERE POU APRÉ FOUTE SA EN POUBELL !

    APRE YO KA DI KE C’ LES ARTISTES MARTINIQUAIS KI PA BON

    EN REUNION DE CRISE DE PERSONNEL POU FE KI SA ?!

    1. campeche

      On a raison de se faire entendre mais ce n’est pas une bonne solution d’exploser les vitres, puisqu’il faudra les remplacer et le prix du billet va augmenter, et en plus cela ne reflète pas une bonne image de la personne qui l’a fait.

  2. paindoux

    Je peux comprendre que ce monsieur soit en difficulté comme beaucoup de comédiens sur la place mais de là à tout casser, je dis NON !! C’est un lieu public et au delà des dégâts matériels, il aurait pu tuer des innocents comme vous et moi……
    Je pense qu’il y a d’autres moyens de se faire entendre et que ce coup de colère ne donne pas une bonne image de la profession, de la Martinique et principalement à nos jeunes désoeuvrés

    1. Chanou

      Oulaaaaa! Doucement, ne mettez pas tout dans le même panier, vous faites du hors piste là…
      En quoi l’acte de ce monsieur est une image des jeunes désœuvrés???

      Et entre nous cela ne s’appelle pas un « coup de colère » pour rien.
      Il a pété un plomb donc il ne contrôlait plus rien.
      Je ne suis pas entrain de l’excuser ou quoi, je dis juste qu’en se levant le matin, je suppose qu’il ne s’est pas dit: « Tiens, tiens quelle belle journée, je vais de ce pas défoncer les vitres de l’atrium avec mon pick up ».

Les commentaires sont fermés