Un homme tué par la police à Fort-de-France : Le procureur explique ce qui s’est passé

Rédigé par : Melody Thomas, le
Publié dans : Actualites, Martinique
Mots clés :

Le procureur de la République, Renaud Gaudeul, communique sur les premiers éléments concernants des faits qui se sont produits cette nuit à Fort de France. « Il ne s’agit naturellement que de premières informations qui devront être vérifiées et affinées par les enquêtes judiciaires confiées à la Police Judiciaire ainsi qu’à l’IGPN » précise le procureur.

« Cette nuit à 3h30 (lundi 5 août), un équipage de la police nationale, en tenue et à bord d’un véhicule sérigraphié, constatait qu’un individu circulant à pied, rue Galliéni à Fort de France, déambulait armé d’un fusil. Deux des trois policiers mettaient pied à terre et tentaient de contrôler l’individu qui aurait immédiatement ouvert le feu sur eux à deux reprises avant de prendre la fuite.

L’un des deux policiers était blessé au flanc et au bras droits par une quarantaine de plombs.

Un équipage de la Brigade Anti-Criminalité était appelé en renfort et localisait rapidement le tireur. L’un des policiers sortait du véhicule et se lançait à la poursuite du tireur armé en lui intimant l’ordre de se rendre.

D’après les premiers éléments de l’enquête, ce dernier faisait volte-face et braquait le policier, lequel ouvrait le feu. Le tireur parvenait néanmoins à s’enfuir dans une rue adjacente et faisait à nouveau face au policier, refusant de s’immobiliser malgré les sommations. Le policier neutralisait alors l’individu, mortellement atteint par une balle dans le thorax.

L’individu n’est pour l’heure pas identifié.

Le policier blessé a immédiatement été évacué à l’hôpital de Fort de France. Son pronostic vital n’est pas engagé.

Il s’agit de la cinquième ouverture de feu à laquelle les fonctionnaires de police font face depuis décembre 2018.

Le parquet, qui s’est transporté sur les lieux, a saisi la Police Judiciaire des chefs de tentative de meurtre sur personnes dépositaires de l’autorité publique et l’Inspection Générale de la Police Nationale sur les conditions d’ouverture du feu, compte tenu du décès du tireur. »