Un journaliste noir de CNN arrêté et menotté en plein direct, alors qu’il couvre les émeutes à Minneapolis

Rédigé par : Polly Miette, le
Publié dans : Actualites, Monde
Mots clés : ,

Omar Jimenez, correspondant noir de CNN, a été arrêté vendredi 29 mai, alors qu’il couvrait les émeutes à Minneapolis, trois jours après la mort de l’afro-américain, George Floyd, par un policier blanc, déclenchant une vague de colère et de violences dans la ville.

Selon la chaîne, Omar Jimenez avait pourtant décliné son identité et sa profession aux policiers à son arrivée sur place.

Sur la vidéo, on l’entend demander à plusieurs reprises ce qui lui vaut d’être arrêté. Deux membres de son équipe, un cameraman et un producteur, ont également été menottés.
Les trois membres de l’équipe de CNN ont été relâchés quelques heures plus tard et le gouverneur du Minnesota, Tim Walz, a présenté ses excuses.

CNN relève que le reporter noir a été arrêté tandis qu’un journaliste blanc de la chaîne, également sur place, a pu continuer à couvrir les manifestations.
La caméra de la chaîne a aussi été saisie, mais a continué à tourner alors que l’équipe d’Omar Jimenez était arrêtée.

Des vidéos postées par des internautes montrent des scènes surréalistes.
« Moment surréaliste après l’arrestation d’une équipe de journalistes de @CNN à #Minneapolis.
Les policiers déplacent la caméra et l’image continue à être diffusée en direct par @CNN pendant que les présentateurs en plateau tentent de comprendre et d’analyser la situation », tweete une internaute.

CNN a dénoncé sur Twitter une violation du premier amendement, fondement de la démocratie américaine, qui garantit notamment la liberté de la presse.
La chaîne a également appelé les autorités du Minnesota à libérer immédiatement les trois journalistes.

Les trois membres de l’équipe de CNN ont été relâchés quelques heures plus tard et le gouverneur du Minnesota, Tim Walz, a présenté ses excuses.

Sur Twitter, la patrouille de l’Etat du Minnesotat a déclaré que l’équipe de CNN avait été libérée une fois « qu’ils avaient été confirmés être des membres des médias ».