Un père et son fils de 11 ans pris en flagrant délit de vol

Alors qu’en France, les médias rapportent le manque de suivi des jeunes enfants par leurs parents, c’est un fait grave qui fait la une des journaux de Jamaïque. Un père d’une cinquantaine d’années aurait entraîné son jeune fils à cambrioler un bar. Le préjudice est important. À eux deux, ils ont dérobé pour plus de 115 000 dollars, durant ce cambriolage.

Selon un communiqué de la police jamaïcaine, il s’agit de vol en flagrance.

Lundi vers 2 h 40, a l’heure du couvre-feu la police en patrouille mobile a vu un homme en pull-over et s’est arrêtée pour enquêter. Après avoir effectué les contrôles d’usage, la police découvre que l’homme de 55 ans et son fils de 11 ans avaient ouvert de force et pillé un bar.

L’homme, qui vit à Corn Piece à Hayes, Clarendon, et son fils ont conduit la police là où ils avaient entreposé les objets qu’ils avaient dérobés au bar.

«Il s’agissait d’une variété d’alcool et de boissons assorties, d’un téléviseur Blackpoint et d’un moniteur», a déclaré le CCU. Selon l’Unité des communications d’entreprise (CCU) les articles, d’une valeur de 115 450 $ (96 506,39 Euro), ont été identifiés par le plaignant.

En France où la banalisation de la violence des jeunes pose de sérieuses questions, Thani Mohamed Soilihi, sénateur (RDPI-LREM) de Mayotte, département d’Outre-mer a réagit dans la presse. Selon l’élu, il y a une montée des violences entre bandes rivales « depuis des années, nous observons une démission des familles pour s’occuper de la jeunesse. Avant il y avait une solidarité entre les familles d’un quartier. Quand un adulte voyait un enfant faire une bêtise, il allait le remettre à ses parents. Les jeunes étaient vraiment surveillés. Ce n’est plus le cas. » contate Thani Mohamed Soilihi.

 

Dans Public-Sénat, plusieurs pistes sont évoquées par les responsables politiques. Non seulement l’aspect éducatif mais il faut éfagelement que les sanctions judiaires soient plus adaptées aux délits des très jeunes.

Lundi 8 mars, une tragédie a de nouveau fait les gros titres des journaux de l’Hexagone. Un couple d’adolescents de 15 ans aurait prémédité un crime. Leur cible, Alisha une jeune fille de 14 ans, scolarisée dans le même lycée professionnel. Après lui avoir donné un rdv sous un pont d’Argenteuil, l’avoir roué de coups au sol,  les deux adolescents l’ont volontairement poussé dans l’eau. Alisha était encore en vie et se gémisait de douleurs.

Mardi 9 mars, les deux tortionnaires ont été accusés de crime prémédité et placé en déention. Ils encourent de 20 ans de prison pour cause de minorité. Une justice qui ne va pas assez loin estime des citoyens sidérés par la jeunesse des criminels.

Dorothée Audibert-Champenois (BLKNews) – Images capture d’écran BLKNews