Un policier lâche son chien durant 4mn sur un homme non armé

Rédigé par : Dothy, le
Publié dans : Actualites, Monde
Mots clés : , ,

«Aujourd’hui, j’ai vu un homme noir non armé se faire mutiler par un chien policier pendant près de quatre minutes. Une agression sous les ordres directs d’un officier de police de l’État du Michigan»  indique Sarah Anthony.

Membre de la chambre des représentant de l’État du Michigan, Sarah Anthony, a réagi à cette violente arrestation. Selon elle, «les morsures prolongées équivalaient à de la torture. Le racisme et la brutalité policière se produisent dans notre propre cour» a déclaré Sarah Anthony dans un communiqué.

Un chien attaque, mort et torture un homme sans arme

Pour ces faits qui se sont déroulés en novembre dernier, une enquête a été ouverte. Le soldat officier a été suspendu, sans solde.

« S’il vous plaît, Monsieur, il est sur mon visage » crie l’homme au sol. « Je m’en fiche » répond le policier. 

Parker Surbrook, 33 ans, a lâché son chien policier sur un homme non armé pendant environ quatre minutes. Dans une vidéo publiée par la police, on entend l’homme crier à l’aide alors que le chien continue d’attaquer. Pendant près de quatre minutes, le chien mord et attaque à plusieurs reprises mais l’agressé ne résiste pas. L’homme semble tétanisé. Alors que le chien attaque au visage, l’officier n’a pas rappelé le chien, préférant sermonner le prévenu.

Les enquêteurs ont interrogé l’homme attaqué par le chien. Il a déclaré que le chien l’avait mordu sur ses parties intimes, la région pelvienne et la tête, et l’avait tiré et secoué par le bras.

Un animal dressé pour attaquer

«Alors que la triste réalité est l’usage de la force qui est parfois une action nécessaire pour assurer la protection des policiers. Mais aussi celle d’autrui, le soin et le souci de la vie humaine devraient toujours être au premier plan des actions de tout policier», a déclaré le colonel Joseph Gasper. «Cela rend le mépris de Parker Surbrook totalement inacceptable.» estime le directeur du MSP.

«C’est un abus de pouvoir flagrant et ne peut être décrit que comme de la torture. Cet incident, et tous ceux dont nous avons été témoins sont atroces et révoltants» insiste Sarah Anthony du parti Démocrate américain.

La prochaine audience est prévue le 18 mars à 9 h.

Dorothée Audibert-Champenois (BLKNews) – Images ©️Twitter – Newsweek