« Une addiction … saine » une publicité qui fait polémique sur les réseaux sociaux


Publié dans : Actualites, Martinique
Mots clés :
Vues : 5112

Une nouvelle campagne publicitaire agite pour la énième fois les réseaux sociaux.

La photo postée sur Instagram montre une jeune femme tout sourire sur le point de « sniffer … »  avec le slogan « Une addiction … saine ». Pour les internautes l’image que renvoie cette publicité ne passe pas, malgré les bonnes intentions de l’annonceur qui a réagi :

Nous prenons bonne note des commentaires reçues et tenons à préciser que nous ne souhaitons offenser personne. L’intention de notre message est très claire: remplacer les produits nocifs par des produits bons et sains pour le corps, en l’occurence par des fruits qui sont meilleurs pour la santé. Ni plus, ni moins. Nous espérons que cette image ne vous fera pas perdre de vue le réel message que les personnes ayant aimé l’image ont su déceler et comprendre.

Mais ces explications n’ont pas convaincus. Banaliser les addictions, s’en est trop estiment les internautes. Suite aux nombreuses critiques sur Instagram, l’entreprise a dû supprimer sa publicité et avec la rapidité d’internet des captures écrans ont été relayées sur les réseaux sociaux.

Alertée, l’ARRPP – (Autorité de Régulation Professionnelle de la Publicité) répond :

L’ARPP, n’est pas le gendarme de la pub. C’est une association de régulation professionnelle de la communication qui, grâce à des règles déontologiques et éthiques, permet de protéger le consommateur et les entreprises de dérives comme celle-ci. Elle n’applique pas la loi mais garantit que la pub est conforme aux lois, qu’elle est honnête et loyale. La loi, par contre régit les pratiques commerciales et promotionnelles, c’est du pénal. En télévision il est recommandé de faire « valider le spot » avant diffusion par l’ARPP mais alors que le CSA a des règles précises et sanctionne, l’ARPP n’a pas ce pouvoir. En revanche c’est le JDP qui peut demander de stopper une campagne (son champ d’action est élargi au digital). Et il y a les règles des chambres de commerce internationale (dont s’inspire l’ARPP) qui donnent des recommandations dont l’une d’elles dit « La communication commerciale ne doit pas sembler cautionner ou encourager des comportements violents, illicites ou antisociaux ». Mais il s’agit de règles d’éthiques qui ne sont « sanctionnées » que s’il y a plainte, donc a posteriori et non a priori. Donc pas de faute de l’ARPP. L’annonceur prend ses responsabilités. Il engage l’image de son entreprise. Et comme toujours par manque d’information/formation on a ça. Le problème c’est que les dérives depuis quelques temps arrivent de plus en plus souvent. Il y a manque de réflexion flagrant sur la Responsabilité sociale des entreprises. C’est dommage.

Au final l’entreprise Caribfruits, spécialisée dans les pétales de fruits séchés, a dû présenter ses excuses :
« Notre dernier post a suscité beaucoup de réactions sur nos réseaux sociaux et ailleurs. Il a donné lieu à beaucoup d’interprétations qui allaient parfois beaucoup plus loin que ce qu’on a voulu faire passer comme message. Bien qu’il y ait des personnes qui ont aimé la photo, notre objectif n’étant nullement d’offenser qui que ce soit, nous décidons de retirer la photo en présentant nos excuses aux personnes offensées. »