Une mère guadeloupéenne suspectée d’infanticide et retrouvée grâce à l’ADN de son demi-frère

Il aura fallu six mois aux enquêteurs pour découvrir la mère du nourrisson, retrouvé mort près d’une péniche, flottant dans un sac plastique au milieu de branchages et de détritus.

La brigade de protection de la famille de la sûreté de Lyon a mené d’importantes investigations qui ont finalement abouties à l’arrestation d’une femme née en Guadeloupe. A l’aide du profil ADN, retrouvé sur des lingettes recouvertes de sang, laissées à proximité du cadavre, la police scientifique a donné un nom à la femme soupçonnée aujourd’hui d’avoir commis cet infanticide. Ce jeudi 28 novembre, une jeune guadeloupéenne a été « présentée à un juge d’instruction pour une éventuelle mise en examen ».

Le 10 juin 2019, un employé chargé des berges dans le 3ème arrondissement de Lyon, découvre un sac plastique qui flotte près d’une péniche. L’endroit surveillé par une dizaine de caméra ne révèle pas le ou les auteurs du crime. Les autorités lyonnaises lancent des recherches dans les hôpitaux, dans le voisinage, sans aucun résultat.

Avec les moyens scientifiques dont elle dispose, la police dresse alors, un portrait robot-génétique de la mère du nourrisson. Elle serait une métisse à la peau foncée et aux yeux marron. Des données insuffisantes pour identifier formellement la génitrice du bébé. les enquêteurs décident alors de comparer l’ADN de la petite victime avec des profils existants. Ils identifient un « individu originaire de Guadeloupe mais résidant en Guyane ».

La sûreté départementale découvre que « cet homme à une demi-sœur, âgée de 25 ans, elle est née en Guadeloupe mais vit à Lyon avec sa mère » rapporte le site 20 minutes. Son ADN correspond exactement à celui découvert dans le sac plastique où gisait le bébé mort.

L’enquête généalogique menée dans le même temps constate que la jeune femme « était enceinte au début du mois de septembre mais qu’elle n’a pas fait de déclaration de grossesse ».

Mardi 26 novembre, la maman du bébé mort est interpellée et ce jeudi, elle est présentée à un juge d’instruction. Selon les enquêteurs, la maman soupçonnée n’a rien révélé sur la mort de l’enfant. La grand-mère a été également entendue puis relâchée. Selon elle, le nourrisson  respirait à sa naissance mais était inerte « quand elle le serrait dans ses bras ».

La police continue son enquête pour tenter de comprendre les causes réelles du décès du nourrisson, d’origine guadeloupéenne.

Dorothée Audibert-Champenois/Facebook Twitter C’news Actus Dothy
ImagesSenego