Une mule martiniquaise décède d’une overdose de cocaïne en plein vol

Vues : 9800

Une Martiniquaise de 21 ans est décédée suite au mauvais conditionnement de la drogue qu’elle transportait. Plusieurs boulettes de cocaïne, qu’elle transportait, ont explosé dans son ventre. C’est la première mule à mourir dans le trafic de stupéfiants.

Les faits remontent à mercredi dernier (9 mars) quand la jeune femme embarque à Fort-de-France pour Paris. En plus de ses bagages elle transporte une autre marchandise. Celle-ci est illicite et ne se trouve pas dans sa valise, mais bien dans son corps. La Martiniquaise a ingéré plusieurs boulettes de cocaïne sauf que peu de temps après le décollage, plusieurs d’entre elles auraient explosé. En plein vol, la jeune femme de 21 ans fait un arrêt cardiaque. A son arrivée à l’aéroport d’Orly elle est prise en charge et reste hospitalisée pendant 5 jours avant de succomber.

La victime était une mule, une personne choisie par les trafiquants pour transporter de la drogue. La plupart du temps le trafic s’effectue entre les Antilles et la Métropole. Le cannabis est dirigé vers les îles alors que la cocaïne est acheminée vers la Metropole. Les grosses quantité sont souvent dissimulées dans les bagages. Il arrive que pour les petites quantités la drogue se retrouve à l’intérieur du corps. Les mules pour la plupart des femmes (mais des hommes aussi sont concernés) avalent ou introduisent dans leurs parties intimes le produit stupéfiant.

Une méthode risquée, car en cas de mauvais conditionnement de la marchandise, la drogue une fois libérée provoque une overdose et le décès de la mule. Cependant, c’est la première fois que cela arrive. L’année dernière environ une dizaine de mules ont été interpellée par les douaniers à l’aéroport Aimé-Césaire du Lamentin. Concernant l’affaire, l’enquête a été confiée à l’antenne parisienne de l’Office Central pour la Répression du Trafic Illicite des Stupéfiants (OCRTIS).

A.G