Une mygale effrayante et mortelle, une des plus vieilles au monde, a disparu

Vues : 962

Des chercheurs australiens ont observé et étudié une araignée trappe qui vient de battre un record de longévité. L’équipe a publié ses recherches dans le Pacific Conservation Biology Journal au début du mois d’avril dernier.

Cette araignée trapdoor spider, surnommée mygale fouisseuse noire, référencée sous le numéro 16, était suivie par des scientifiques de l’Université Curtin dans le cadre d’une étude de population qui a débuté en 1974 en Australie occidentale.

Les araignées Trapdoor, tirent leur nom, de leur technique qu’elles ont pour construire leur terrier. Elles ferment leur nid en construisant une porte. Les araignées femelles restent dans leurs trous. Même si leurs morsures sont mortelles (nausées, malaise et léthargie), les araignées trappe ou trapdoor ne sont pas considérés comme une menace majeure pour les humains.

En octobre 2017, l’araignée a malheureusement été attaquée par une guêpe parasite et a succombé à ces blessures. L’araignée, numéro 16 avait vécu 43 ans.
Désormais, elle bat le record d’une tarentule mexicaine de 28 ans. Elle aura vécu 15 ans de plus que la tarentule trouvée au Mexique.

« A notre connaissance, il s’agit de la plus ancienne araignée jamais enregistrée. Leur longévité est due, entre autres, à «  la façon dont elles vivent dans le bush indigène, non nettoyé, leur nature sédentaire et leur faible métabolisme », a déclaré Leanda Mason, l’auteur du rapport fait par les scientifiques de l’Université Curtin en Australie occidentale.

Dorothée Audibert-Champenois/Facebook Twitter C’news Actus Dothy
Images