Une sud-africaine de 23 ans se suicide deux mois après avoir été violée

Vues : 2737

En Afrique du Sud, Khensani Masekoune, étudiante de 23 ans s’est suicidée deux mois après avoir été violée. L’Université de Rhodes de Grahamstown a confirmé sa mort en précisant que les autorités avaient organisé une réunion avec les parents de l’étudiante, après leur avoir signalé en juillet que leur fille avait été violée.

Le vendredi 3 août, le jour où Maseko s’est donnée la mort, l’étudiante avait préalablement publié un message sur Instagram : « Personne ne mérite d’être violée », avait-elle écrit, des mots cryptés accompagnés d’une photo indiquant sa date de naissance et sa date de décès. Depuis son compte a été supprimé.

Selon un communiqué posté sur le site internet de l’université, Khensani Maseko avait été violée au mois de mai dernier par un autre étudiant. En accord avec son académie, il était convenue que la jeune fille devait retourner chez elle en attendant l’ouverture d’une enquête.

Khensani Maseko en troisième année d’étude supérieure est décédée quelques jours avant son retour à l’université, où elle devait rencontrer les détectives. Le violeur présumé a été suspendu par l’université, qui a ajouté dans son communiqué, qu’elle collabore avec la police sud-africaine et l’Autorité nationale chargée des poursuites judiciaires pour ouvrir une enquête sur la mort de Khensani Maseko.

La police n’a pas publié le nom du suspect.

« Le décès tragique de Khensani Maseko ne marquera pas la fin de l’enquête sur les circonstances qui ont mené à son décès », a déclaré le vice-chancelier de l’université de Rhodes, le Dr Sizwe Mabizela.

Dans les rues de Johannesburg, jeudi 9 août, des amis, des proches et des membres de la communauté universitaire ont manifesté leur peine six jours après la mort tragique de Khensani Maseko.

Selon les médias locaux, la mère de le jeune étudiante, dans un hommage émouvant à sa fille, a déclaré que sa mort avait laissé dans son cœur un « trou béant et saignant ».

Dorothée Audibert-Champenois/Facebook Twitter C’news Actus Dothy
Images CNN/Afrikmag